Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Rien ne va plus entre Obama et les Britanniques !

La rédaction
visites
1653

24 février 2009 (Nouvelle Solidarité) – Un article paru le 22 février dans le Sunday Times montre la peur des élites britanniques de voir leur emprise sur l’administration américaine leur échapper. Obama ne les écouterait plus, ne serait pas prêt à suivre leur plan de gouvernement mondial au sommet du G20 à Londres le 2 avril prochain, et, pire que tout, il pourrait suivre les pas de Roosevelt en 1933 !

Le Times écrit : « Les diplomates britanniques préviennent que le sommet ne doit pas être un remake de la réunion de Londres de 1933 convoquée pour s’accorder sur les réponses à apporter à la Grande dépression. Franklin Delano Roosevelt, le Président des États-Unis, ne s’y était pas rendu et avait en échange envoyé un message radio dans lequel il enguirlandait les autres responsables internationaux pour ne pas avoir les bons remèdes à la crise. »

Le journal britannique ajoute qu’il y a de plus en plus de « doutes sur l’avenir de la “relation spéciale” historique entre l’Angleterre et les Etats-Unis. Contrairement à ses nombreux prédécesseurs anglophiles, Obama a expliqué à de nombreuses reprises que l’avenir de l’Amérique repose sur la constitution de liens avec les économies émergentes d’Asie. »

Le journal rapporte que Lord Malloch-Brown « a admis que [Gordon] Brown se battait pour persuader Obama de “faire attention’’ à son ambitieux plan pour le sommet du G20 ». Alors qu’un autre responsable britannique anonyme se plaint de devoir se battre « même pour des réponses à nos appels ».

Moments difficiles pour les Britanniques, surtout qu’ils ont dû apprendre le renvoi du buste de Churchill de la Maison blanche.

Voir notre Focus : La stratégie LaRouche pour changer les États-Unis

Contactez-nous !