Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Risque de saisis des avoirs russes

La rédaction
visites
866

Alors que la crise financière internationale et la crise interne de la Russie s’aggravent, certains parlent de plus en plus d’une cessation de paiement russe et d’une saisie des avoirs russes par des intérêts occidentaux.

Au sein du groupe de pouvoir associé au Commonwealth anglo-américain (BAC en anglais), on remarque des efforts concertés pour mettre au point un plan permettant, au cas où la Russie déclare une cessation de paiement sur sa dette envers le Club de Londres et d’autres institutions, de saisir les avoirs russes en Occident. Le fait que le scandale sur le blanchiment d’argent par la Bank of New York ait été si largement répercuté dans les médias peut être considéré comme une opération de « relations publiques » destinée à préparer le terrain à une telle saisie. En effet, à travers ce scandale, on a créé la perception qu’il est impossible de faire la différence entre les fonds russes déposés légalement à l’étranger et ceux qui sont illégaux.

Au sein du Club de Londres, on trouve Gramercy Advisers, une entité new-yorkaise peu connue mais très influente qui gère des fonds spéculatifs de plusieurs marchés émergents spécialisés dans la dette extérieure. Gramercy propose qu’un tribunal londonien ordonne une « récupération des avoirs » de la Russie, celle-ci se trouvant de fait, d’après elle, en cessation de paiement. Les dirigeants de Gramercy ont des liens étroits avec les milieux du BAC. Le directeur de la banque centrale russe, Viktor Gerachenko, a fait allusion au rôle de Gramercy à l’intérieur du Club de Londres.

Dans l’éventualité d’une saisie de ses avoirs, il n’est pas inconcevable que la Russie exerce des représailles considérées jusque là comme « impensables ». Elle pourrait par exemple couper l’approvisionnement en énergie vers l’Europe de l’Ouest. Comment cela se produirait ? En cas de cessation de paiement et de saisie des avoirs, les intérêts du groupe BAC pourraient essayer d’empêcher les clients occidentaux des compagnies énergétiques russes de régler leurs factures de gaz ou de pétrole. La Russie arrêterait alors ses livraisons d’énergie en guise de représailles. Autre indication dans ce sens : la CIA et d’autres sources ont averti d’un éventuel « bogue de l’an 2000 » dans les systèmes informatiques de Gazprom empêchant l’approvisionnement de l’Europe de l’Ouest en énergie.

Contactez-nous !