Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Riyad craint des représailles iraniennes en cas de guerre états-unienne contre ce pays

La rédaction
visites
2668

Des autorités saoudiennes citées par un article dans Le Figaro du 15 novembre, pensent que George Bush a déjà décidé de partir en guerre contre l’Iran. “Nous nous approchons de plus en plus prés d’une confrontation” a ainsi affirmé Abdel Mohsen Hakas, le ministre des affaires sociales d’Arabie Saoudite au Figaro. Quand à Rihab Massoud, bras droit du prince Bandar Ben Sultan, l’ancien ambassadeur saoudien aux Etats Unis, “le ton de George Bush nous donne a penser qu’il a décidé de ce qu’il allait faire”, a-t-il dit. La qualité de cette dernière source n’est pas a mettre en doute, étant donné que Bandar est le principal pourvoyeur de fonds, pour le compte de Dick Cheney, aux factions sunnites, dans la guerre qu’elles livrent aux chiites majoritaires en Iran et au Liban.

George Malbrunot, l’envoyé spécial du Figaro à Riyad souligne les craintes que suscite en Arabie Saoudite la stratégie de guerre américaine vis à vis de l’Iran. “Si les Iraniens veulent faire mal aux Etats Unis, ils chercheront à stopper nos lignes d’approvisionnement pétrolières en attaquant le terminal d’Abqaiq ou la raffinerie de Ras al Tannoura”, a déclaré Abdel Mohsen Hakas. Ces craintes expliqueraient une certaine prudence de l’Arabie Saoudite à l’égard de la stratégie guerrière des Etats Unis envers l’Iran ou même leur refus de soutenir l’offensive franco-anglaise pour durcir les sanctions économiques à l’égard de Téhéran.

A contrario, selon Malbrunot, l’Arabie Saoudite voudrait croire à une médiation russe dans ce conflit. “Les Russes ont de bonnes relations avec les Iraniens », estime Rihad Massoud, « et ils peuvent jouer un rôle utile.” La visite de Poutine en Arabie Saoudite a été suivie par une visite du Prince Bandar en Russie qui, comme à son habitude, pourrait acheter une centaine d’hélicoptères russes... Mais, l’état d’esprit de tout ce monde est plutôt à la résignation par rapport aux plans de guerre américains. Selon Massoud les Russes leur auraient confié “que l’ambiance à Téhéran leur rappelait étrangement l’atmosphère à Bagdad les mois précédants la guerre en 2003”. Et Malbrunot souligne que si l’Arabie Saoudite ne veut pas d’une guerre, elle la soutiendra tacitement si les Etats-Unis venaient à la déclencher.

Aux Etats Unis où Lyndon LaRouche et d’autres comme le député démocrate Dennis Kucinich ou l’ancien des renseignements Ray McGovern se battent durement pour empêcher cette guerre voulue par Dick Cheney et par ses parrains aux Etats Unis et en Angleterre, si guerre il y a, la faute reviendra à la présidente de la Chambre, la démocrate Nancy Pelosi, qui aura tout fait pour bloquer la procédure de destitution contre Dick Cheney.

Contactez-nous !