Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Robin Cook sur le Timor oriental : « C’est nous qui l’avons fait ! »

La rédaction
visites
903
commentaire

Depuis la publication d’un éditorial de Robin Cook dans l’Observer du 19 septembre, il ne peut plus y avoir de doute sur l’origine britannique de la déstabilisation du Timor oriental.

En effet, le ministre britannique des Affaires étrangères se félicite de ce que la Grande-Bretagne ait été la principale puissance à défendre l’indépendance de l’île et à transformer une situation extrêmement délicate en crise irréversible.

« Considérons d’abord la perspective du mouvement pour libérer le Timor oriental, écrit Robin Cook. Leur dirigeant Xanana Gusmao a passé ces deux dernières semaines à l’ambassade de Grande-Bretagne, préparant l’indépendance de son pays [sic]. Nous l’avons hébergé et lui avons donné la possibilité de rencontrer des représentants de la Banque mondiale et de l’ONU, ainsi que de téléphoner à travers le monde au nom de son peuple. Il y a deux semaines, les autorités proposaient de lever son assignation à résidence surveillée et de le transférer au Timor oriental où il risquait de trouver la mort entre les mains des milices. Au lieu de cela, il a cherché asile à l’ambassade britannique. Je suis fier qu’il ait passé ses premiers jours de liberté sur le territoire diplomatique britannique.

« Pourquoi a-t-il choisi l’ambassade britannique ? Parce que, pendant deux ans, aucun autre pays ayant une ambassade à Djakarta n’a autant fait pour le Timor oriental. A trois reprises, mon collègue du Foreign Office, feu Derek Fatchett, a rendu visite à Xanana Gusmao en prison. L’ambassadeur britannique, Robin Christopher, a dirigé la première visite au Timor oriental d’ambassadeurs européens, pendant la présidence britannique de l’Union européenne, et il a rendu visible pour l’Europe l’immense exigence d’indépendance des populations locales. »

Selon Robin Cook, « du fait que, pour l’Europe, la Grande-Bretagne ait pris l’initiative sur le Timor oriental, nous faisions partie des six pays invités à soutenir le processus de référendum de l’ONU. (...) La Grande-Bretagne représentait toute l’Europe lors de la conférence internationale d’Auckland, exhortant Djakarta à accepter une force onusienne. La Grande-Bretagne a rédigé la résolution que le conseil de sécurité a adoptée à l’unanimité et les troupes britanniques seront parmi les premières à débarquer lors de la mission de l’ONU. »

Les derniers paragraphes de son commentaire étaient un démenti aux accusations rapportées partout dans la presse britannique (y compris, le même jour, en première page de l’Observer), selon lesquelles le gouvernement britannique avait aidé les mêmes forces armées indonésiennes qu’il dénonce avec tant de virulence.

Contactez-nous !

Don rapide