Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

AccueilActualité

Rocard prend parti pour Glass-Steagall et la faillite organisée du système !

La rédaction
visites
1597
commentaires

4 octobre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Dans une tribune publiée ce jour dans Le Monde, Michel Rocard met en garde « les orthodoxes financiers, défenseurs du paiement intégral de la dette, et surtout de la dette publique »  : « le paiement régulier partout de toutes les dettes échues (…) est à l’évidence impossible ».

Evoquant un risque de « défauts massifs » , l’ancien Premier ministre constate que les accords entre gouvernements, tant aux Etats-Unis qu’en Europe, n’ont fait « que régler les problèmes immédiats » . « L’émission de liquidités, via le financement des banques, continue. Mais celles-ci en sont revenues au comportement de 2008 (…) Les fonds spéculatifs continuent à prospérer, on en crée même de nouveaux, rien ou quasiment rien n’a été fait pour limiter le volume des marchés de produits dérivés virtuels, c’est-à-dire détachés de tout lien avec l’économie réelle. Et les liquidités émises, dans les conditions où elles le sont, ne s’orientent en rien vers des investissements productifs ou le financement de la croissance » .

« Tout cela peut craquer n’importe quand dans des temps proches. Et, cette fois-ci, le sauvetage par la garantie publique, et donc au final par le contribuable, ne sera plus possible » , écrit-il avant d’affirmer ne « plus croire » dans le remboursement des dettes privées comme des dettes publiques. Rocard met même en garde contre le risque totalitaire : les gouvernements grecs, irlandais, portugais ou même d’autres « plus gros », dit-il, ne pourront appliquer davantage d’austérité « sans appui de l’armée » . Puis il constate qu’aucun des pays européens ne pourront payer leur dette sans pratiquer cette austérité, ce qui condamnerait la croissance et les acculerait inévitablement au défaut de paiement.

Face au péril, Michel Rocard en vient donc à proposer de « réintroduire en urgence la séparation entre les banques de dépôt, qui doivent se voir interdire toute activité à risque, et les banques faisant tous les métiers de financement du risque, y compris l’investissement, qui doivent financer leurs opérations sur fonds propres ou sur capitaux dédiés. On amputerait alors d’une grosse partie les liquidités disponibles pour les mouvements spéculatifs, et on protégerait les économies physiques. »

Il aborde alors l’inévitable mise en règlement judiciaire du système : « Naturellement, cela veut dire que la masse énorme des créances douteuses, dans cette séparation, va se retrouver du seul côté des banques traitant le risque. Il sera nécessaire d’en annuler une notable proportion. C’est le prix du risque, puisqu’on ne peut pas payer toute la dette, qu’il faut sacrifier, et sûrement pas la croissance. Et si quelqu’un doit payer, ce qui paraît fatal, il est plus équitable que ce soient les preneurs de risque plutôt que les contribuables ou surtout les chômeurs. »

« N’oublions pas l’histoire : cette idée vient de Franklin D. Roosevelt, qui l’a mise en place en 1933 en obtenant du Congrès le Glass-Steagall Act, contre l’avis des banques à l’époque, bien sûr. C’était un ordre de séparation des institutions bancaires, selon qu’elles sont confrontées au risque ou non, gérer des dépôts exigeant de ne pas l’être. »

Voir les 4 commentaires

  • petite souris • 04/10/2011 - 21:42

    Mieux vaut tard que jamais !!!
    Ce cher bon vieux Rocard n’a plus rien à attendre, il sait qu’il n’aura plus de mission à remplir, il doit maintenant se contenter que de ses nombreuses retraites cumulées....
    Il se rachète une morale, soit.

    Cela va dans le bon sens et lui a droit aux colonnes de la presse nationale, alors ne boudons pas la bonne nouvelle.

    Qu’il soit écouté.

    Répondre à ce message

  • Max TERNON • 04/10/2011 - 19:16

    Tiens, en voilà un qui fait parti du Grand Orient de France et qui m’a compris. Faute avouée est pardonnable
    On avance

    Répondre à ce message

  • EDITH • 04/10/2011 - 18:20

    Il se réveille le trépané ,après nous avoir forcé pendant plus de 16 ans à payer une dette virtuelle, car n’oublions pas qu’il est l’inventeur de la csg et du crds.Maintenant qu’il sent que la fin est proche pour lui et ses copains il essaye de faire amende honnorable ,mais c’est trop tard Rocard tu ne survivras pas c’est parole d’évangile qui te le dis car trop c’est trop faire la leçon alors que l’on est responsable de traitrise face à la république démontre la perfidie plutôt que l’intelligence et comme Attali et les socialistes vous ne rentrez plus dans la case futur...

    • Pic et Puce • 04/10/2011 - 19:45

      Au fur et à mesure que la catastrophe approche, de plus en plus d’hommes politiques vont tourner leur veste et chercheront à se mettre à l’abri des jugements. Il n’est d’ailleurs pas sûr que certains candidats veuillent vraiement gagner aux prochaines élections...Alors qu’il était si simple de ne s’en tenir qu’à la simple morale et au bon sens. Frayer avec la mafia financière va leur coûter très cher. Qui pouvait croire que faire de l’argent et le multiplier à partir de rien pouvait durer ad vitam eternam...? C’est au joueurs de poker de payer leurs dettes de jeu, pas aux habitants du quartier où se trouvent les joueurs !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide