Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Ruée sur les matières premières

La rédaction
visites
530
commentaire

Outre l’augmentation, ces derniers jours, des cours mondiaux du pétrole qui atteignent désormais 30 dollars le baril, l’or et d’autres métaux précieux comme le palladium et le platine sont également en hausse. Comme nous l’avons rapporté, les investisseurs « avisés », conscients du risque de krach, se tournent de plus en plus vers les matières premières.

Après des mois de transactions à 280-290 dollars l’once, l’or a tout à coup grimpé à plus de 311 dollars le 14 février. Cette forte hausse est liée aux mesures prises par des intérêts miniers en Afrique du Sud, au Canada, en Australie et ailleurs, pour abandonner la tradition consistant à garder des positions en or comme « assurance » contre la baisse des cours. Par ailleurs, les grandes banques mondiales actives dans l’achat et la vente de lingots - UBS, Deutsche Bank, Société Générale, Crédit Suisse, Goldman Sachs - essaient désespérément de maintenir les cours du métal jaune à un niveau artificiellement bas, alors même que la demande réelle augmente à l’échelle mondiale.

Ces banques ont vendu des produits dérivés sur l’or pour un montant équivalent à environ 10 000 tonnes de lingots aux compagnies minières et à des hedge funds qui pratiquent les « transactions portées par l’or », et cela dans l’optique que les cours restent relativement bas. Si les cours, qui dépassent maintenant les 330 dollars l’once, restent à ce niveau, elles pourraient essuyer des dizaines de milliards de pertes sur produits dérivés.

Les premiers signes d’un important changement sur le marché de l’or sont apparus il y a trois semaines, lorsque Barrick Gold a acheté les champs aurifères tanzaniens d’Ashanti Gold. Ensuite, dans une conférence de presse le 3 février, le président de Goldfields Ltd. d’Afrique du Sud a appelé les compagnies minières à abandonner leur pratique consistant à détenir de fortes positions de couverture sur l’or, pratique qui leur serait préjudiciable et qui ne sert plus qu’à faire baisser les cours. Le lendemain, l’importante mine d’or canadienne, Placer Dome, a annoncé qu’elle ne vendrait plus son or à terme aux banques. Celles-ci se sont empressées d’acheter de l’or sur le marché de façon à couvrir leurs positions. L’une des banques les plus touchées par la soudaine montée des prix serait Goldman Sachs. On estime qu’au cours des prochaines semaines - sauf intervention des banques centrales - l’or pourrait atteindre 380 dollars l’once.

Contactez-nous !

Don rapide