Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Rumeurs de destitution et problèmes cardiaques de Cheney

La rédaction
visites
805

Les rumeurs se multiplient sur une éventuelle destitution du président Bush et du vice-président Cheney. Dans le New York Times du 30 juin, Bob Herbert fustige l’administration Bush pour sa « dangereuse incompétence », sans parler de son arrogance, dans la guerre d’Irak. Il cite le célèbre appel de Bush (« qu’ils nous attaquent ») et le mensonge de Cheney affirmant que les Américains seraient « accueillis en grands libérateurs ». « L’incompétence aux plus hauts niveaux du gouvernement à Washington a miné la position des troupes américaines qui ont combattu honorablement et courageusement en Irak, et c’est la raison pour laquelle les troupes sont prises dans un bourbier meurtrier. Si une administration démocrate avait conduit une guerre de manière aussi incompétente, les républicains au Congrès seraient en train de sortir leurs manuels de destitution », écrit Herbert.

Le même jour, l’institut de sondages Zogby révélait que 42 % des personnes interrogées estimaient que Bush mériterait d’être destitué s’il s’avérait qu’il avait menti sur les motifs de guerre.

Rappelons que le premier article de la procédure de destitution à l’encontre du président Richard Nixon évoquait le fait de « faire des déclarations fausses et trompeuses au gouvernement et au peuple ». Nixon choisit finalement de démissionner.

Cheney aurait par ailleurs reçu des soins médicaux imprévus au centre médical de la vallée de Vail (Colorado), le 24 juin, alors qu’il participait à une conférence à huis-clos organisée par l’American Enterprise Institute. Selon la journaliste Arianna Huffington, présente sur place, Cheney aurait été transporté de toute urgence à l’hôpital. Après un premier démenti, les autorités du centre médical ont dit qu’il était là pour l’examen d’une ancienne blessure au genou. Or il ressort de l’enquête de Mme Huffington que le vice-Président a été admis à l’unité d’orthopédie pour être aussitôt transféré à celle de cardiologie, car il souffrait d’une angine de poitrine. Là, on lui aurait fait un électro-cardiogramme, en raison de difficultés respiratoires. Comme le faisait remarquer Huffington, si on connaît les moindres détails de la santé du président Bush, c’est le silence absolu sur celle de Cheney, dont les problèmes cardiaques sont pourtant connus.

Contactez-nous !