Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Russie : explorer l’espace pour comprendre la Terre... et prévoir les séismes !

La rédaction
visites
573

15 avril 2011 (Nouvelle Solidarité) – Au cours d’une réunion avec les responsables du programme spatial russe le 7 avril dernier, le premier ministre Vladimir Poutine est revenu sur le premier vol légendaire de Youri Gagarine autour de la Terre, dont nous avons fêté le 50e anniversaire le 12 avril dernier. Ces festivités que la Russie a organisé dans beaucoup de pays du monde y compris en France, visent à ouvrir, à dit Vladimir Poutine, « un nouveau chapitre dans l’histoire humaine ». Et le nouveau programme russe, contrairement au notre, limité, avec Arianespace, à la commercialisation de l’acquis passé, à de l’ambition : il prévoit de nouveaux vols habités, des voyages vers la Lune et des vols interplanétaires vers Mars.

Dans ses remarques de clôture, Vladimir Poutine a aussi fait le lien, comme nous le faisons sur ce site, entre exploration spatiale et meilleure connaissance des phénomènes sismiques sur Terre. « Nos collègues viennent de mentionner que nous avions remarqué certains signes avant coureurs du tremblement de terre qui a frappé le Japon avant qu’il n’ait eu lieu. Et nous sommes conscients des conséquences tragiques de ce désastre. Naturellement, en relation avec tout cela, nous avons très sérieusement besoin de programmes spatiaux. (…) Nous avons encore beaucoup à comprendre sur la façon dont la nature travaille, et il sera impossible de le faire, sans l’industrie spatiale pour laquelle vous travaillez et dont nous sommes fiers. »

Depuis quelques années, Vladimir Poutine est à l’origine d’un effort très important pour reconstruire le programme spatial russe saccagé par les années de libéralisme économique sous influence anglo-américaine. La navette spatiale Bourane avait été éliminée du programme, tout comme le lanceur géant Energia. Mais depuis 5 ans, les investissements dans le spatial ont augmenté de 40 % et des dépenses de 7 milliards de dollars sont prévues pour la période 2010-2011.

« En 2013, nous commençons, au centre spatial Plesetsk, les tests sur les nouveaux lanceurs légers et lourds Angara. Nous allons concevoir et produire le lanceur Rus-M pour mettre en orbite des vols habités et de transport du fret ». Il s’agit là du successeur du lanceur Soyouz, et le premier vol habité est prévu pour 2018 ». Un programme est en cours pour le développement des systèmes nucléaires destinés aux vols interplanétaires, à l’exploration de la Lune et l’étude de planètes principales ».

Encouragée par la coopération internationale réussie autour de la Station spatiale internationale (ISS) et des satellites de recherche et de secours, la Russie propose actuellement à ses partenaires de l’ISS, les Etats-Unis, l’Europe, le Canada et le Japon, « d’étudier ensemble la Lune, Mars et d’autres planètes ». Il a aussi demandé à l’Agence spatiale fédérale russe de « travailler la main dans la main avec l’Académie des sciences russe pour concevoir une planification à longue terme de l’exploration spatiale ».

En France, l’agence de presse russe Ria Novosti et Universcience de Claudie Haigneré, ont organisé conjointement, à l’occasion de cet anniversaire, une exposition au Palais de la Découverte qui fut lancée par une grande réunion publique, au cours de laquelle les participants ont reçu un appel en direct de l’astronaute italien, Paolo Nespoli, depuis la station spatiale internationale où s’effectue une mission actuellement.

Vivement que l’impulsion russe permette de rallumer la flamme de l’enthousiasme pour l’exploration spatiale en France, elle qui a été une des principales pionnières de l’aventure spatiale dans le monde !


Lire aussi :


Contactez-nous !