Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Russie : qui gouvernera dans l’après-Eltsine ?

La rédaction
visites
1009

Au plus haut niveau du pouvoir en Russie, la situation est extrêmement fragile. Voyant la fin de l’ère Eltsine se rapprocher, la lutte pour le pouvoir bat son plein.

Pour s’y maintenir, même les partisans du président tentent des manoeuvres désespérées, à commencer par la désignation du Premier ministre Sergueï Stépachine comme son successeur favori.

Selon certaines rumeurs, Eltsine pourrait même essayer de conserver le pouvoir au cas où le statut constitutionnel formel de la Russie changerait suite à sa fusion avec la Biélorussie.

Entre-temps, le maire de Moscou Iouri Loujkov, rival potentiel des proches d’Eltsine pour la présidence, fait l’objet d’une intense campagne de dénigrement et de rumeurs. Mais l’actuel président et ses alliés pourraient bientôt avoir de désagréables surprises.

Pavel Felgenhauer, éminent spécialiste militaire russe, a récemment avertit à plusieurs reprises qu’un retour de flammes se prépare contre Eltsine et les « oligarques » qui lui sont associés comme Boris Berezovski, et que les jours d’Eltsine à la présidence sont comptés. Il faut aussi considérer les affirmations de Felgenhauer à la lumière des événements des 11 et 12 juin au Kosovo, au cours desquels les parachutistes russes venus de Bosnie ont occupé par surprise l’aéroport de Pristina, où le commandant britannique de la KFOR, sir Michael Jackson, avait prévu d’établir son quartier général.

Dans une discussion le 9 juin, Felgenhauer a confié que les événements au Kosovo pourraient être un piège précipitant la chute d’Eltsine et des oligarques. Selon lui, le commandement militaire russe n’accepterait pas que les troupes russes envoyées au Kosovo dans le cadre d’une force internationale ne soient que des mandataires payés par l’Ouest et contrôlés par l’OTAN. Felgenhauer reflète souvent les positions du renseignement militaire russe et de l’état-major général. Dans un article du quotidien de langue anglaise Moscow Times (10 juin), il écrivait : « Presque tous les Russes, en particulier les militaires, estiment de plus en plus que la présence d’Eltsine au Kremlin constitue un terrible désavantage, un handicap pour la Russie. Le pays et son armée ne pourront peut-être pas attendre jusqu’aux élections pour faire partir Eltsine. »

Les actions de l’OTAN en Yougoslavie, selon lui, ne sont soutenues que par une « petite clique pro-occidentale très influente d’oligarques corrompus qui contrôlent le Kremlin ». En réalité, les bombardements ont suscité un rejet général en Russie, mais « la clique pro-occidentale du Kremlin » a accepté de brader les intérêts stratégiques russes dans les Balkans en échange de l’argent accordé à la Russie au sommet du G-8 à Cologne.

Contactez-nous !