Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

SNCF : une privatisation qui conduit à la folie

La rédaction
visites
2260

22 mai 2009 (Nouvelle Solidarité) – A la veille de l’Ascension, quelques 20 000 voyageurs ont eu à subir des retards ou des annulations sur le trajet entre Paris et Bordeaux suite à une collision entre deux trains de fret près d’Angoulême.

Un chargement de tractopelles d’un train ECR, une filiale de Deutsche Bahn, visiblement mal arrimé, s’est déplacé et a accroché un train appartenant à la SNCF circulant en sens inverse.

Pour le ministre des transports Dominique Bussereau, il ne s’agit que d’une négligence humaine. Cependant, les syndicats de cheminots ont mis en cause la libéralisation du trafic ferroviaire. « La recherche du profit conduit les entreprises à économiser sur les organisations du travail, les conditions sociales, les procédures réglementaires et les formations », accuse SUD Rail.

L’accident n’est pourtant pas un fait isolé mais le dernier en date d’une longue série impliquant les concurrents privés de la SNCF.

Comme le rappelle le quotidien l’Humanité : « Le 26 avril 2008, un train de la compagnie Veolia a ainsi traversé la gare de Montauban à plus de 60 km/h. Sans la présence d’esprit des agents de la SNCF qui, au dernier moment, sont parvenus à le dérouter, il aurait percuté de plein fouet un TER bondé de voyageurs. »

Combien de « trains fou » et de morts faut-il donc pour abandonner une politique de privatisation du réseau ferroviaire, tellement folle que même les Britanniques ont dû la revoir ?

Un appel à la grève le 26 mai a été lancé par les syndicats, notamment pour le « maintien du caractère intégré et de l’unicité de la SNCF » menacé par Bruxelles.

A lire : Pourquoi Dominique Perben risque de devenir le ministre des catastrophes ferroviaires

Contactez-nous !