Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Sarkozy : Trichet n’est pas une vache sacrée européenne

La rédaction
visites
1073
commentaire

Le Canard Enchaîne rapporte aujourd’hui les propos décapants tenus en privé par Nicolas Sarkozy contre Jean Claude Trichet

22 août 2007 (Nouvelle Solidarité) - Le Canard Enchaîne rapporte aujourd’hui les propos décapants tenus en privé par Nicolas Sarkozy contre Jean Claude Trichet. « Ce qui se passe sur les places boursières mondiales constitue un vrai désaveu pour le président de la BCE. Ce qui se passe me donne raison, Trichet ne doit pas être considéré comme une vache sacrée européenne. » « Après avoir initié une politique de réduction de la liquidité en euros en augmentant les taux d’intérêt, Trichet est maintenant obligé d’injecter des liquidités pour tenter de calmer la crise financier. C’est un pompier pyromane ». Conclusion : « Je suis le seul en Europe à avoir affirmé que la politique de la BCE devait faire l’objet d’un vrai débat. Il faut profiter de cette crise financière pour l’infléchir » !

Tout cela est très bien, mais, où sont donc les propositions de M. Sarkozy pour changer le système ? A Wolfeboro, paniqué, il avait appelé en faveur de plus de transparence, plus de régulation. Il avait tonné contre les spéculateurs et promis de moraliser le capitalisme financier... Depuis, silence radio. Rien n’a filtré de la discussion sur l’économie organisée lundi dernier à l’Elysée où la crise financière a été débattue. Aucune décision n’a été prise et au beau milieu d’une crise financière qui serait bien pire que celle des années 30, seule une série de mesures minuscules pour soutenir les PME a été mis en chantier. Mais où est donc passé le volontarisme politique tant annoncé, le nouveau Bonaparte personnifié ?

Contactez-nous !

Don rapide