Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Sarkozy avoue : le traité de Lisbonne « établit le lien » entre l’UE et l’OTAN

La rédaction
visites
2549

13 mars 2009 (Nouvelle Solidarité) — Lors de son discours La France et l’Otan, prononcé le 11 mars 2009 devant la Fondation pour la recherche stratégique, officialisant le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, le président français Nicolas Sarkozy a reconnu explicitement ce qu’on prétendait ne pas être la vérité : le traité de Lisbonne, tout comme la Constitution européenne, rejeté par voie de référendum par le peuple français en 2005, engage les pays signataires d’aligner leurs politiques de défense sur celles de l’OTAN.

Nicolas Sarkozy, non seulement prétend que les Anglais sont bien plus européens que les Français (!), mais accuse sans transition les nonistes de 2005 d’être les principaux responsables de l’absence d’une véritable défense européenne !

« Depuis l’accord de St-Malo entre la France et le Royaume-Uni, en 1998, la défense européenne a connu des progrès considérables (…) Et pourtant, en 2007, j’ai découvert une situation complètement bloquée. On entend parfois dire que c’était le fait de tel ou tel pays, hostile par principe à l’Europe, partisan farouche d’un atlantisme intégriste. Faux ! C’est la France qui, par le non au référendum en 2005, avait précipité la construction européenne dans l’ornière. Avec le traité de Lisbonne, nous aurons un cadre cohérent en matière de défense. Quand il entrera en vigueur, le cadre institutionnelle de la PESD (Politique européenne de sécurité et de défense) sera consolidé pour de nombreuses années (…) »

Plus loin, Sarkozy rappelle que : « L’Alliance atlantique est aussi le symbole de la communauté des valeurs et d’intérêts transatlantiques. (…) Mais elle est aussi, on ne le dit jamais, un traité entre les nations européennes elles-mêmes. Aujourd’hui, 21 des 27 membres de l’UE en sont membres. »

Et, pour ceux qui n’ont pas encore compris, il répète que « Le traité de Lisbonne lui-même établit le lien entre la défense européenne et l’Alliance atlantique (…) La défense européenne sera plus forte. Car en mettant fin à une ambiguïté sur nos objectifs, nous créons la confiance nécessaire pour développer une défense européenne forte et autonome. »

Cet aveu engendre un bien, celui de convaincre nos amis irlandais que sur ce point, on leur a grossièrement menti et qu’ils avaient bien raison de rejeter ce maudit traité.

Nous comptons sur eux pour l’enterrer définitivement lors du prochain vote !

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !