Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Sarkozy en voie de merkelisation

La rédaction
visites
1060

Le discours de Nicolas Sarkozy à la convention économique de l’UMP, le 7 septembre dernier, en net retrait par rapport à ses grands élans de révolutionnaire néo-conservateur de ces derniers temps, confirme que sa campagne présidentielle, gonflée abusivement par le monde des affaires et les médias, est en voie de merkelisation rapide.

Nicolas Sarkozy, tout comme son amie néo-conservatrice allemande, Angela Merkel, qui voit sa victoire aux élections du 18 septembre compromise alors qu’elle était donnée gagnante haut la main il y a encore quelques semaines, commence à se rendre compte qu’il s’est lourdement trompé sur l’état de l’électorat en croyant pouvoir lui imposer une nouvelle cure de « éforme » libérale thatchérienne.

En effet, malgré les accents baveréziens mélodramatiques, sur fond de musique du déclin de la France et de la rupture nécessaire pour en sortir, le discours de Sarkozy a accouché d’une souris. Certes la tendance est bien libérale - 1) réforme de l’impôt sur la fortune, 2) limitation de l’impôt sur le revenu pour qu’aucun Français n’ait à payer plus de 50% de ses revenus, 3) remise de tout le monde au travail (inspirée du rapport Camdessus) grâce à de plus fortes incitations financières (prime de 400 euros par mois pour ceux qui retrouveront un emploi), création d’un contrat unique (CDI), levée des mesures comme la contribution Delalande, qui découragent l’emploi des seniors, et contraintes plus fortes exercées sur les chômeurs pour qu’ils acceptent n’importe quel emploi - mais on est loin des propositions de Nicolas Baverez et du radicalisme des néo-conservateurs américains ayant abouti au désastre Katrina. A la convention économique de l’UMP, c’est plutôt du côté du Gotha du néo-libéralisme français - les amis d’Alain Madelin et d’Hervé Novelli, organisés dans le groupe des réformateurs de l’Assemblée nationale, le groupe de Claude Bébéar et l’Institut Montaigne, le MEDEF, bien représenté par sa nouvelle présidente - tous présents, qu’il a fallu chercher les élans thatchériens...

La soudaine prudence de Sarkozy s’explique par la montée des oppositions contre lui de toutes parts. D’abord dans son propre camp, où un élan gaulliste se manifeste autour de la politique de Dominique de Villepin, avec au programme, renforcement de l’Etat, retour à un certain protectionnisme pour empêcher la prise de contrôle des entreprises stratégiques par les Anglo-Américains, promotion d’une nouvelle politique industrielle et de la recherche via l’Agence pour l’innovation industrielle de Jean-Louis Beffa, et une défense, tout à fait insuffisante, des acquis sociaux. Beaucoup trop modeste à nos yeux, cet élan a pourtant suffi à faire dérailler la machine Sarkozy, passant pour imbattable jusqu’à aujourd’hui. Les coups de boutoirs assenés par Jean-Louis Debré, président de l’Assemblée nationale, à Sarkozy, contribuent sûrement à redonner du courage à l’aile anti-Sarkozy de l’UMP, tout comme la hausse de la cote de popularité de Dominique de Villepin.

A gauche aussi, c’est Nicolas Sarkozy qui, bien malgré lui, a permis au Parti socialiste de retrouver un consensus cet été à La Rochelle ! Mais tant que tous ces efforts n’aboutiront pas à mettre fin à l’indépendance de la Banque centrale européenne et à organiser un nouveau Bretton Woods à l’échelle internationale, du type de celui que Michel Rocard propose dans sa contribution au prochain congrès du Parti socialiste au Mans, ils ne seront que des paroles, terrain sur lequel notre nation excelle...

Contactez-nous !