Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Sarkozy et Kouchner vont-ils courir au Darfour ?

La rédaction
visites
785

Ce jeudi 7 juin, au sommet du G8, lors des groupes de travail sur les crises régionales, Sarkozy est le rapporteur sur la crise du Darfour

(Nouvelle Solidarite) Ce jeudi 7 juin, au sommet du G8, lors des groupes de travail sur les crises régionales, Sarkozy est le rapporteur sur la crise du Darfour et présente son initiative pour des « corridors humanitaires ». L’Union européenne a toujours affiché son opposition à la politique de sanctions défendue par Bush, politique qu’elle juge inefficace car trop dépendante de l’ONU, où la Chine, membre du Conseil de Sécurité, peut opposer son veto.

Sarkozy et Kouchner opèrent en deux temps : d’une part, ils soulignent la nécessité d’une solution politique au conflit, et Kouchner a mis sur pied un groupe de contact élargi, invitant la Chine, l’Egypte et l’Erythrée à participer à une réunion qui doit se tenir fin juin à Paris. L’ambition est d’aboutir à un « Abuja plus », sur le modèle des accords d’Abuja de mai 2006, où Khartoum, sous pression américaine, avait signé un accord de paix avec certains rebelles du Darfour.

D’autre part, en attendant cet accord hypothétique, et pour faire « face à l’urgence », Paris étudie la mise en place de couloirs « humanitaires », une opération qui doit démarrer avant que la saison des pluies ne rende les pistes inutilisables. Commençant dans l’est du Tchad, où des milliers d’habitants du Darfour se sont réfugiés, elle risque rapidement de franchir la frontière soudanaise. On pense rééditer l’opération « Artémis », lorsque, à la demande de l’ONU, durant l’été 2003, 1500 soldats européens (essentiellement français) sont intervenus en Ituri, dans l’est de la République démocratique de Congo (RDC) pour mettre fin à un « processus de quasi-génocide ». Trois mois après, les troupes de l’ONU prirent le relais des troupes de l’UE. Aujourd’hui le Quai d’Orsay évoque un dispositif de « 3000 à 12 000 hommes » et compte sur la participation de ses partenaires européens.

Selon le porte-parole de l’Elysée David Martinon, Sarkozy a demandé à Kouchner de lui présenter des propositions avant le sommet du G8, car « nous ne pouvons plus nous résigner à être les témoins impuissants de l’horreur. Il faut maintenant agir après le temps de l’indignation ».

L’alignement de Sarkozy sur la politique des néo-conservateurs et les effets pervers des couloirs « humanitaires » laissent craindre que cette opération ne serve les intérêts anglo-américains qui convoitent les richesses pétrolières de la région.

Pour en savoir plus : « Le Darfour au cœur des ténèbres »

Contactez-nous !