Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Sauver l’Europe ? Pour Michel Rocard la priorité consiste à couper les banques en deux

La rédaction
visites
1874
commentaires

12 mai 2012 (Nouvelle Solidarité) – Mauvaise surprise pour tous ceux qui ont dépensé argent, encre et salive pour tenter de ridiculiser la mesure phare du candidat présidentiel Jacques Cheminade, celle de la nécessité impérative de « couper les banques en deux », séparant rigoureusement les activités classiques de dépôt et d’épargne du poison spéculatif distillé dans les salles de marchés.

En effet, alors que Jamie Dimon, le grand patron de la banque JP Morgan, avait juré il y a un mois qu’il ne s’agissait que d’une « tempête dans un verre d’eau », aujourd’hui, après avoir découvert l’information en feuilletant le Wall Street Journal, il est bien obligé d’admettre qu’un trader de la banque à Londres, surnommé « la baleine de la Tamise », en faisant des paris hyperspéculatifs sur des CDS, a provoqué des pertes d’au moins 2 milliards de dollars au cours des six derniers mois.

Comme le note la presse financière, ce scandale ne fait qu’ajouter de l’eau au moulin de tous ceux qui plaident pour la scission bancaire. Robert Reich, l’ancien ministre du Travail de Bill Clinton, a immédiatement saisi la balle au bond en exigeant qu’on rétablisse au plus vite le fameux Glass-Steagall Act, la loi imposée en 1933 par Franklin Roosevelt imposant la stricte séparation des banques.

En France, c’est Michel Rocard qui rappelle l’urgence de cette situation. Interrogé le 10 mai sur Radio Classique - Public Sénat par Guillaume Durand, l’ancien Premier ministre, pour qui l’avenir de l’Europe se joue « dans les dix jours qui viennent », a estimé que le volet croissance souhaité par François Hollande est menacé par « les sommes colossales qui sont dans les paradis fiscaux et qui sont finalement dans une sorte de bataille contre l’Etat ». « Cette menace, a-t-il poursuivie, est mondiale, elle concerne tout le monde, et pas seulement la France de manière isolée. L’avantage d’avoir une expérience de gauche et l’élection de François Hollande en France, c’est que la France aura probablement le courage de prendre de son côté quelques-unes des mesures qu’il faudrait prendre mondialement, mais qui ne commenceront que si certains montrent l’exemple.

« Je pense à la séparation absolue des banques de dépôt – quand on gère les dépôts des autres et de l’économie, il ne faut pas prendre de risque. Cela devrait être interdit. Et ça a été interdit pendant 70 ans, grâce à Franklin Roosevelt en 1933 et on l’a abandonné. Ça s’appelait le Glass-Steagall Act, dont le nom est ressorti de temps en temps. C’est dans les années 1995-2000 qu’on a abandonné cela, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe, et depuis, nous avons des grandes crises financières tous les cinq ans. Il y en a encore une qui menace. Là, nous ne sommes plus en Europe, mais mondialement, et c’est gravissime en effet. Ça menace tout le monde. Mais on peut tout de même prendre des mesures de protection, localisées, et j’espère beaucoup que non seulement le Président Hollande pourra les imposer en France, mais qu’en plus, ce sera le cœur des négociations européennes.

« Car en Europe, il ne faut pas seulement négocier la sortie de la crise de l’euro, et un complément d’incitation à l’investissement, et à la poursuite de la recherche scientifique, qui est la croissance de demain, qu’il ne faut pas naufrager dans le souci de payer la dette. C’est ça l’enjeu des discussions. Mais c’est aussi le problème de savoir si on va pouvoir se protéger de la crise mondiale qui, elle, nous menace toujours. Et qui était le grand oublié de la campagne électorale. »

Vu les intérêts en jeu, l’on comprend mieux pourquoi certains se sont acharnés avec une telle passion à faire taire Jacques Cheminade...


Couper les banques en deux en 1 minute chrono par Cheminade2012

Voir les 4 commentaires

  • petite souris • 12/05/2012 - 20:11

    Le courage de monsieur Rocard est édifiant !!!
    C’est un homme politique....
    .......Il aurait pu être un homme d’état et soutenir Jacques qu’il connait et aujourd’hui il s’approprie ses idées....
    .......Il aurait pu avoir de l’honnêteté et de la dignité de parler de Jacques comme le seul candidat qui ait parlé de cela.
    à son âge,
    .......il aurait dû avoir de la grandeur !!!
    Il cherche à avoir encore un rôle...

    Le résultat est malgré tout positif puisque les idées sont dites !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Eric • 12/05/2012 - 20:43

    Michel Rocard a écrit : "Ça s’appelait le Glass-Steagall Act, dont le nom est ressorti de temps en temps. C’est dans les années 1995-2000 qu’on a abandonné cela, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe,"

    C’est faux, le Glass-Steagall Act a été abandonné en France en 1984 par Jacques Delors... un "socialiste".

    Répondre à ce message

  • hic & nunc • 12/05/2012 - 16:36

    Maintenant que M. Rocard reconnaît publiquement qu’il prend à son compte les idées de Jacques Cheminade, il pourra dire au canard que certaines relations "professionnelles" ont du bon !
    M. Rocard, il est temps assumer vos amis.

    Répondre à ce message

  • olivier • 12/05/2012 - 14:28

    Il aurait pu faire cette déclaration pendant la campagne avant le premier tour !
    Apportant un soutien au seul candidat qui en parlait de manière claire !
    L’heure est grave dit-il, mais il garde sa réserve pour préserver ses amitiés socialo....!!
    J’aurais honte à sa place, et personnellement, j’ai la nausée.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide