Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Schroeder met fin aux « spéculations » sur la guerre contre l’Irak

La rédaction

Pour la première fois, le chancelier allemand Gerhard Schroeder a très clairement condamné les plans d’attaque militaire contre l’Irak. Jusqu’à sa déclaration du 3 août à Hanovre, Schroeder avait rejeté tout débat public sur le danger de guerre croissant au Proche-Orient en affirmant qu’une attaque américaine contre l’Iraq relevait de la « spéculation ».

Schroeder a affirmé : « Je ne peux qu’avertir ceux qui ne pensent pas aux conséquences [d’une attaque contre l’Irak] et qui n’ont aucun concept politique pour l’ensemble du Proche-Orient. (...) Quiconque se rend là-bas doit savoir comment s’en sortir ensuite. » Schroeder a catégoriquement rejeté toute réédition du scénario de 1991, lorsque l’Allemagne avait contribué à hauteur de 25 milliards de dollars au paiement de la guerre de Bush et Thatcher contre l’Irak, sans toutefois envoyer de troupes elle-même. « L’Allemagne n’est plus un pays où la politique est remplacée par un carnet de chèques. Il n’y a pas d’alternative à la recherche d’une solution politique au problème irakien », a souligné Schroeder.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 22 janvier le monde
en devenir

Don rapide