Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Br&ergave;ves

Sharon et Cheney déclarent la guerre au monde musulman

La rédaction
visites
670
commentaire

Avec l’assassinat du chef spirituel du Hamas, le cheikh Ahmed Yassine, par l’armée israélienne, le 22 mars à Gaza, le Premier ministre israélien Ariel Sharon a déclaré la guerre à l’ensemble du monde musulman. Il est clair qu’il avait reçu le feu vert du vice-président américain Dick Cheney.

Le lancement de cette croisade contre l’Islam a été soigneusement coordonné avec Dick Cheney, par l’intermédiaire du chef de cabinet de Sharon, Dov Weisglass, qui s’est rendu aux Etats-Unis à trois reprises le mois dernier, officiellement pour discuter du prétendu plan de « désengagement » de Gaza avec la conseillère à la Sécurité nationale, Condoleezza Rice. Il a rencontré en privé Cheney à chacune de ses visites. Le ministre israélien de la Défense, Shaul Mofaz, considéré comme le numéro deux en Israël, a aussi rencontré Cheney. Si la décision de tuer Yassine a été officiellement prise le 14 mars par le « cabinet de sécurité » de Sharon, elle ne fut appliquée qu’au retour de Weisglass de Washington, qui, aussitôt l’acte commis, repartit pour la capitale américaine.

« Je ne peux pas croire un instant que Sharon ait fait cela sans obtenir l’accord de la Maison-Blanche », disait une source haut placée dans le renseignement israélien. Ceci est clairement démontré par la réaction mitigée de Washington après l’assassinat de Yassine. Concernant le plan de « désengagement » de Gaza, cette même source disait qu’il s’agissait d’un « théâtre d’ombres » ; derrière lequel Sharon poussait à la guerre, avec le soutien de Cheney.

En effet, le Premier ministre israélien est l’outil choisi par Cheney et sa junte néo-conservatrice pour renverser tous les gouvernements de la région, à commencer par le Liban, la Syrie, l’Iran et l’Arabie saoudite. Dans la semaine précédant l’assassinat de Yassine, l’administration Bush avait signalé qu’elle se préparait à imposer de lourdes sanctions contre la Syrie. L’escalade de la violence, à laquelle on peut s’attendre suite à l’assassinat de Yassine, devrait être utilisée pour « justifier » des frappes militaires dans toutes les directions, notamment contre la Syrie, le Liban et l’Iran.

Sharon a franchi toutes les « lignes rouges » menant à la guerre : l’assassinat de Yassine, une personnalité religieuse vénérée par des millions de musulmans dans le monde, fait de lui un martyr. « Yassine deviendra plus fort dans la mort que lorsqu’il était en vie », déclarait une source militaire israélienne. « Il deviendra un symbole et Israël en paiera le prix. » La soif de vengeance du Hamas s’étendra à d’autres groupes islamistes de par le monde.

Dans les heures qui ont suivi l’assassinat de Yassine, le chef d’état-major Moshe Ya’alon a déclaré que le président palestinien Yasser Arafat et le dirigeant du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, seraient les prochaines cibles.

Cet assassinat délivrait aussi un message adressé à la Jordanie, car Israël s’était engagé auprès de feu le Roi Hussein, en 1997, à ne pas tuer Yassine, lorsqu’il fut libéré de prison. C’était également un message pour l’Egypte : l’assassinat a été perpétré le jour même du 25ème anniversaire de la signature du traité de paix israélo-égyptien.

La troisième guerre mondiale a-t-elle commencé au Proche-Orient ?

Le 26 mars, le Prince Hassan de Jordanie a déclaré à la BBC : « Je crains que la préparation d’une troisième guerre mondiale se déroule devant nos yeux. » Un diplomate européen ayant une longue expérience du Moyen-Orient, qui était aux côtés du prince Hassan à Amman au moment où ils ont appris la nouvelle de l’assassinat de Yassine, nous confiait : « Nous nous sommes regardés et nous avons tous deux pensé que c’était de cette façon qu’avait débuté la Première Guerre mondiale. Nous entrons dans la troisième guerre mondiale au Proche-Orient, dit le prince Hassan. Cependant, ce sera une guerre d’un genre différent, une guerre asymétrique où les mouvements de résistance et le terrorisme frapperont à nouveau contre le pouvoir de l’Amérique et de la Grande-Bretagne dans la région . »

Le commentateur militaire israélien Zeev Shiff, qui est proche des plus hauts échelons de l’élite militaire israélienne, a averti dans le quotidien Ha’aretz qu’Israël était devenu un « Etat cinglé ». Cette tactique avait été utilisée par Henry Kissinger pour terroriser les dirigeants soviétiques, en laissant entendre que les Etats-Unis envisageaient d’utiliser les premiers l’arme nucléaire. Comme l’armée israélienne estime qu’elle n’a pas atteint d’objectif militaire dans la guerre contre les Palestiniens, écrit Shiff, « on a de plus en plus le sentiment qu’il ne suffit pas d’être fort, et que le temps est venu d’exprimer ce sentiment [que nous sommes un Etat cinglé]. On aurait tort de croire que la décision de radicaliser les réponses militaires ne soit que le résultat de la colère ressentie aux plus hauts niveaux militaires et politiques du pays. Israël semble avoir été attaqué par un virus cinglé . »

L’idée d’un Etat devenu fou est profondément redoutée en Israël même : « Prions pour que l’assassinat de Yassine ne conduise pas l’ensemble du monde arabe à se lever contre nous, ne nous noie pas dans une mer de sang et ne transforme pas notre propre maelström en une guerre de religion au niveau mondial », écrivait Ben Kaspit, commentateur du quotidien Ma’ariv, le 23 mars. « Quel pourrait être le solde "profits contre dommages" d’une action qui risque de pousser l’ensemble de la région au bord du chaos ? (...) Le meurtre de Yassine accroîtra par milliers le vivier des kamikazes cherchant à se venger . »

Contactez-nous !

Don rapide