Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Sharon veut gagner du temps

La rédaction
visites
693

La scène politique israélienne est actuellement dominée par les négociations en vue de former un nouveau gouvernement de coalition. Rappelons que l’Union nationale avait quitté la précédente coalition pour protester contre le prétendu « plan de désengagement » de Gaza, privant ainsi le gouvernement de sa majorité à la Knesset. Bien qu’Ariel Sharon ait ouvert les négociations avec tous les partis, en dehors du Yahad-Meretz, qui est pro-paix, et des partis d’arabes israéliens, il semblerait qu’il cherche avant tout à gagner du temps.

En effet, les vacances d’été de la Knesset s’étendent du 4 août jusqu’en octobre. Tant que l’attention générale est focalisée sur la composition du gouvernement, le Premier ministre espère que personne ne remarquera le gel de fait du plan de désengagement. D’autant plus qu’aucun des plus de cent avant-postes « illégaux » en Cisjordanie n’a été démantelé, bien que cette revendication figure dans la Feuille de route établie par le Quartet (USA, UE, Russie, ONU). En même temps, la construction du « mur de Berlin » de Sharon va de l’avant, en dépit de l’avis de la Cour internationale de justice selon lequel il constitue une violation flagrante du droit international.

Sharon est passé maître dans l’art de gagner du temps, surtout lorsqu’il attend de nouvelles opportunités pour réaliser ses véritables intentions :

  • écraser la résistance palestinienne et poursuivre la colonisation de la Cisjordanie ;
  • déstabiliser les pays voisins, dont la Syrie, l’Egypte et l’Iran.

Il paraît que le Premier ministre veut que le Parti travailliste rejoigne le gouvernement, et le chef de ce parti, Shimon Pérès, serait prêt à accéder à sa demande. Bien que le Likoud soit divisé sur la question, Sharon sait qu’avec le Parti travailliste, il pourra rester au pouvoir sans trop de difficultés d’ici les prochaines élections. Cependant, en acceptant cette proposition, le parti de Pérès se discréditera encore un peu plus. Selon des sources au Parti travailliste, c’est l’un des facteurs sur lesquels compte Sharon.

Contactez-nous !