www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

Si nécessaire, nous couperons les banques en deux, affirme Wolfgang Schaüble

La rédaction
1138 visites | 1 commentaire

30 juillet 2012 (Nouvelle Solidarité) – Qu’on se le dise. Après le volte-face d’une partie des élites anglo-américaines sur la question de la séparation des banques selon le principe de Glass-Steagall, le vent du changement se met à souffler sur l’Europe continentale... à commencer par l’Allemagne.

Dans une entrevue à Welt am Sonntag dimanche 29 juillet, le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a déclaré que si cela s’avérait nécessaire, il « n’exclurai[t] pas l’idée de diviser les banques universelles ».

Cette déclaration sans précédent de la part d’un ministre des Finances d’un pays membre du G8 est venue en réponse à une question du grand quotidien allemand, qui lui demandait ce qu’il pensait de la proposition de Nikolaus von Bomhard, PDG de la firme de réassurance Munich Re, consistant à diviser « des banques universelles telles que la Deutsche Bank » en « banques commerciales et en banques d’investissement ».

Schäuble à répondu que même s’il estime que cette mesure n’est pas nécessaire aujourd’hui en Allemagne, il a « une grande estime pour M. von Bomhard » et « écoute ce qu’il dit de manière très attentive ». Il a ajouté que s’il « était prouvé que l’Europe avait besoin de franchir un tel pas, l’Allemagne ne s’y opposerait pas ».

Le ministre allemand venait d’affirmer que les marchés financiers ont besoin « d’un cadre » dans lequel ils agissent et que « nous sommes tous allés trop loin dans la dérégulation à partir des années 90 ». Dix ans plus tard, il a fallu sauver les marchés aux dépens du contribuable, ce qui était nécessaire selon lui afin d’éviter que la situation ne se dégrade encore plus. « Maintenant, nous devons prendre soin d’imposer des règles, afin d’éviter que ceci ne se reproduise », a-t-il dit.

Un autre grand quotidien allemand, Süddeutsche Zeitung, publiait au même moment une série de trois articles sur l’histoire de la dérégulation en Allemagne, que ce soit sous un gouvernement de gauche ou de droite, et documentait le rôle crucial de la Deutsche Bank dans cette mésaventure. « Les jardiniers de l’argent » ont créé ce bourbier, et maintenant personne ne veut en être responsable. Le dossier évoque également le démantèlement du système de taux de change fixe de Bretton Woods, et décrit les principales phases successives de dérégulation, notamment le tournant représenté par l’abrogation de Glass-Steagall aux Etats-Unis en 1999.

Tout ceci ne fait que confirmer à quel point les « banques universelles à la française » maintiennent leur emprise sur la classe politique française, et à quel point cette dernière refuse, en ouvrant un tel débat, de prendre son courage à deux mains dans une situation où le système dans son ensemble n’a jamais été aussi près d’exploser.

Ainsi, un article des Echos du 26 juillet recensait très doctement les arguments des grands argentiers français contre la récente conversion de l’ex PDG de Citigroup Sanford Weill en faveur de Glass-Steagall. Comme le rapporte le quotidien, (les Echos est le seul quotidien français, avec le Figaro, à avoir rapporté l’événement) « les banquiers français y sont plus que jamais opposés mais avec des arguments plus virulents ».

En réponse à Weill, qui estime qu’après les avoir séparées des banques de dépôt, les banques d’investissement pourraient « faire des opérations de marché » sans avoir « la possibilité de recevoir des aides gouvernementales », un « grand banquier français » cité par Les Echos (qui n’a pas jugé bon de dévoiler son nom), a été forcé d’avouer que ce monde bancaire idéal où les banques d’investissement pourraient fonctionner « sans garantie des Etats n’est pas possible ». Dit autrement : Les grandes banques universelles sont en faillite, et dépendent soit de l’argent des déposants pour les activités spéculatives, soit des garanties de l’Etat pour leur survie, ou bien des deux à la fois !

La déclaration du ministre allemand sera certainement accueillie comme une douche glacée par les banquiers français. Encore au début du mois de juin, leur président Frédéric Oudéa de la Société Générale déclamait tous azimuts qu’il avait l’impression « qu’aucun pays ne va mettre en oeuvre un Glass-Steagall Act qui conduirait à une séparation stricte entre les métiers de banque de dépôt et de banque d’investissement, ni au Royaume-Uni, ni aux États-Unis, ni à mon avis en Europe ». (La Tribune Hebdo du 15 juin)

François Hollande ferait bien de se libérer rapidement de l’emprise de ces jusqu’au-boutistes de banquiers français avant qu’ils ne nous conduisent à la catastrophe. Les jours sont comptés.

Vous aussi, vous pouvez signer l’APPEL A UN GLASS-STEAGALL GLOBAL

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 30 juillet 2012 à 23:53
    par petite souris

    Hier des anglais, aujourd’hui des allemands sont en faveur de la séparation réelle des banques.

    Les anlo-saxons sont des pragmatiques.

    Même si idéologiquement cela ne leur plaît pas, pour ne pas mourir ils le feront.
    .... et ce François-là mettra notre France à la traîne voire en danger, parcequ’il obéit aux banquiers français.........

    Que son repos au fort de Brégançon le fasse réfléchir sur le sort de La France et des français ............

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet