Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Solidarité et Progrès à la télévision iranienne

La rédaction
visites
1068

La chaîne de télévision iranienne Al-Alam, a consacré un programme de trente minutes au « scandale » des accords entre la France et la Libye. Trois analystes politiques ont été invités à

Paris, 4 août 2007 (Nouvelle Solidarité) - La chaîne de télévision iranienne Al-Alam, qui atteint en principe près de 200 millions de spectateurs en Iran, en Irak et dans l’ensemble des pays du Maghreb et du Mashrek, a consacré un programme de trente minutes au « scandale » des accords entre la France et la Libye. Trois analystes politiques ont été invités à s’exprimer : un officiel libyen, Karel Vereycken, directeur de publication de Nouvelle Solidarit&eacute ;, le bi-mensuel du mouvement de Jacques Cheminade Solidarité & Progrès et l’ancien député tunisien, le professeur Ahmed Khedidi, bien connu pour sa sympathie envers la vision humaniste de Lyndon LaRouche. La chaîne leur a demandé de commenter d’éventuels volets « cachés » des accords entre la France et la Libye. Cette controverse éclata lorsque François Hollande demanda la création d’une commission parlementaire sur la question.

Consulté par Al-Alam, Vereycken a pu préciser qu’ « En France, les socialistes intelligents savent très bien qu’il existe de meilleurs raisons pour s’opposer à Sarkozy, car la substance des accords avec la Libye n’est pas la question militaire (en particulier depuis la fin de l’embargo sur les armes contre la Libye de 2004 et depuis que les Etats-Unis ont enlevé la Libye de la liste des pays soutenant le terrorisme), mais le nucléaire civil. » Interrogé sur les aspects cachés des accords, Vereycken a cité les déclarations de Sarkozy à la presse à Tripoli, rapportées par Reuters le 26 juillet, où le président français affirmait que considérer les pays arabes comme « pas assez intelligents pour se servir de nucléaire civil » constituait à terme une menace de « guerre de civilisations » (...) « Le nucléaire est l’énergie du futur » disait-il, et « si nous ne donnons pas l’énergie du futur aux pays du sud de la Méditerranée, comment vont-ils se développer ? Et s’ils ne se développent pas, comment allons nous combattre le terrorisme et le fanatisme ? »

« Bien que je ne suis pas un supporter de Sarkozy », disait Vereycken, « je tiens à souligner que Lyndon LaRouche et Jacques Cheminade ont défendu depuis plus de trente ans une politique de la paix par le développement, notamment en utilisant le nucléaire civil qui mettra fin à l’apartheid technologique. La Libye a renoncé à son ambition d’obtenir l’arme atomique. Elle a donc le droit de se développer et pas seulement à exporter du pétrole. Ainsi, la critique de Hollande risque d’être beaucoup de bruit pour rien et sera vite oubliée. »

Un officiel libyen a tenu à préciser que les contrats d’armes ne furent pas la contrepartie pour la libération des infirmières bulgares.

Interrogé une fois de plus sur l’arrière plan des accords, Vereycken a ajouté que Sarkozy lui-même avait donné quelques indications sur d’autres perspectives. « Evidemment, la France cherche à sécuriser son approvisionnement d’uranium au Niger et en Libye, un pays qui possède quelques 1600 tonnes d’uranium. Les géologues ont identifié des gisements potentiels supplémentaires. La Libye doit se confronter à des problèmes croissants d’approvisionnement d’eau et elle puise abondamment dans les nappes phréatiques et même dans des réserves d’eau fossile. L’énergie nucléaire est le chemin pour de nouvelles ressources pour tous. Alors pourquoi pas coopérer et stabiliser la région, y compris au Tchad, avec la même perspective ? »

Ensuite, Ahmed Khedidi est intervenu pour souligner combien il est important que la Libye sort de son isolement et puisse renouveler ses relations avec toute l’Europe et pas seulement avec la France. « La Libye pourra jouer un rôle de premier plan » disait-il.

Comme conclusion Vereycken disait sur Al-Alam que « La question demeure si Sarkozy fait tout ceci pour sa grandeur personnelle ou s’il sera capable d’envisager autre chose ? Est-ce que ce précédent important (le transfert de la technologie nucléaire à un pays africain) deviendra la substance de « l’Union Méditerranéenne » et s’intégrera dans l’extension du pont terrestre eurasiatique reliant l’Asie, la Russie, le monde arabe, avec l’Europe et l’Afrique ? Où s’agit-il d’un simple marchandage de Sarko, par Sarko et pour Sarko ? »

Voir la déclaration de Jacques Cheminade : « France-Libye, la France face au choix fondamental : nucléaire ou financier »

Contactez-nous !