Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 24 avril - Jacques Cheminade : « Mon exemple, c’est le général de Gaulle partant à Londres » Lire Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire
AccueilActualité
Brèves

Sommet du G8, le Japon veut mettre la crise alimentaire sur la table

La rédaction
visites
853
commentaire

18 juin 2008 (LPAC) - Le Japon prévoit que, lors du sommet du G8 en Juillet à Hokkaïdo (Nord du Japon), les chefs d’Etats fassent une déclaration conjointe au sujet de la crise alimentaire. Le gouvernement japonais désire que cette déclaration fasse état de la nécessité d’une amélioration de la productivité dans les pays en voie de développement, amélioration qui nécessiterait plus d’irrigation, des meilleures variétés de semences et une utilisation plus importante d’engrais de bonne qualité. La déclaration pourrait aussi contenir une étude pour proposer des mécanismes de stabilisation des prix alimentaires.

À l’échelle du pays, le parti libéral démocrate, qui gouverne actuellement au Japon, va proposer dans le courant de la semaine, des mesures d’urgence pour contenir la hausse du prix du pétrole. Cette décision a été prise hier par un groupe dirigé par le chef du parti, Dadakazu Tanigaki. Ce dernier a insisté pour qu’une action rapide soit mise en œuvre, car le prix du pétrole continue à s’envoler à une allure anormale.

Les mesures proposées sont :
Un soutien financier alloué à des secteurs tels que la pêche et les transports qui souffrent particulièrement de la hausse du carburant ; des subventions pour les agriculteurs qui investissent dans de l’équipement à faible consommation énergétique.

Plus important, le groupe prévoit de proposer l’établissement d’un cadre international pour surveiller les flux d’argent spéculatif sur le marché du pétrole, ces derniers étant considérés comme facteur de l’augmentation des prix.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide