Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Soros cherche à corrompre la Russie pour dominer le sommet du G20

La rédaction
visites
1985
commentaires

16 février 2009 (LPAC) — Le méga-spéculateur américain pro-britannique George Soros, grand partisan de la décriminalisation des drogues, cherche à instrumentaliser la Russie pour cadenasser toutes les préparations en vue du prochain sommet du G20 sur la crise financière qui doit se tenir début avril à Londres.

Le ministre des finances de la fédération russe, Alexeï Koudrine, également vice-premier ministre, a très favorablement accueilli les propositions de Soros, bien que ce dernier, de pair avec son collaborateur, Lord Malloch-Brown, actuellement ministre anglais et véritable numéro deux du Foreign Office, a été directement impliqué dans la fuite en avant du président géorgien Mikheil Saakashvili quand celui-ci lança une agression militaire contre l’Ossétie du Sud l’été dernier.

Soros a développé sa thèse dans un article paru le 10 février dans le quotidien des affaires russes, Vedomosti, qui opère en partenariat avec le Financial Times et le Wall Street Journal. Après avoir détaillé il y a deux semaines dans les pages du Financial Times sa proposition pour une structure de cantonnement (aggregator bank) capable de continuer à faire perdurer le mythe que les « titres toxiques » puissent un jour retrouver une valeur quelconque, Soros développe cette fois-ci sa nouvelle chanson : « Une politique globale anti-crise : créer une nouvelle monnaie ».

Dans ce texte pseudo-altermondialiste, Soros s’en prend d’abord à la « domination américaine et le soi-disant consensus de Washington » et s’érige en défenseur des victimes dont la Russie est supposée faire partie.

« Afin de défendre la périphérie de la tempête qui vient du centre, c’est-à-dire les Etats-Unis », Soros avance une solution toute simple : l’émission d’argent nouveau à partir des Droits de tirages spéciaux (DTS) que le FMI sera autorisé d’émettre à grande échelle. Les capitaux ainsi créés seront injectés dans les économies nationales pour financer « desmesures fiscales contracycliques ». Soros estime qu’« accroître l’apport de liquidités est la meilleure réponse à l’effondrement du marché de crédit ».

Ce grand classique des recettes hyperinflationistes a été présenté dans bon nombre de médias russes qui titraient : « Soros propose un programme anti-crise », ou une« nouvelle monnaie pourrait sauver le monde de la crise », ou encore (mauvaise plaisanterie à part) : « Soros assume la position de missionnaire ».

A peine publié, Andreï Bokarev, qui dirige le service des relations financières internationales au ministère russe des finances a fait savoir que « le Ministère des finances de la Fédération russe soutenait pleinement la proposition de Soros pour une nouvelle monnaie ».

L’alignement de la politique russe sur la City de Londres semble se confirmer par ailleurs. Début février, Koudrine s’est rendu en personne à Londres pour prendre part aux premières consultations financières russo-britanniques, dans le cadre desquelles il a tenu des rencontres avec son homologue britannique Alistair Darling, le ministre du Commerce Peter Mandelson ainsi qu’avec le chef du Foreign Office David Miliband.

Darling a fait savoir que les Britanniques appuieraient à court terme l’adhésion de la Russie au Forum de stabilité financière (FSF) qui regroupe le FMI, la Banque mondiale et les banques centrales des grandes économies.

D’après une dépêche de RIA Novosti du 5 février, Koudrine aurait surtout tenté de calmer une panique croissante parmi les créanciers sur des défauts de paiement des grandes entreprises russes, estimés à plus de 400 milliards de dollars…

Pour creuser le sujet : focus

Voir les 2 commentaires

  • Tala • 17/02/2009 - 15:44

    les russes et la russie savent aujourdhui ce que fut la perestroika et ses consequences nefastes pour l’economie et l’avenir de la federation de russe. Ils savent que les acteurs de cette reforme venaient de la city et de wall street et n’avaient qu’un seul objectif : mettre un terme a la federatiion de russe et prendre le control total sur le monde.Est-ce que les propositions de Soros ne sont pas des stratagemes a l’encontre de la Russie pour aboutir enfin a sa destruction ?

    Répondre à ce message

  • michel49 • 17/02/2009 - 09:46

    Les russes vont-il entrer au Bilderberg ?, si c’etait le cas ce serait peut-être pour le detruire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide