Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

28 juin - Emmanuel Macron dans le piège des armes chimiques en Syrie Lire 28 juin - Bassam Tahhan : à qui profite le Fake News sur les armes chimiques en Syrie ? Lire 28 juin - Invitation à l’Assemblée générale 2017 de Solidarité & progrès Lire
AccueilActualité

Soros et le « deep state » orchestrent une révolution de couleur contre la présidence des Etats-Unis

La rédaction
visites
875
commentaire
JPEG - 232.4 ko

Le mouvement international de Lyndon LaRouche a annoncé la parution d’un dossier spécial sur les réseaux liés au milliardaire George Soros et leurs alliés de fait qui s’efforcent de monter un putsch contre le président Donald Trump. Le dossier « Obama and Soros Color Revolutions—Nazis in Ukraine, 2014 ; USA, 2017 ? » (Les révolutions de couleur d’Obama et de Soros : 2014, des Nazis en Ukraine ; 2017, aux Etats-Unis ?) qui présentera les dessous des événements, il y a trois ans, sur le Maïdan de Kiev, sera disponible pour les actions prévues le 23 février dans de nombreuses villes aux Etats-Unis et en Europe.

PNG - 217.6 ko
Obama et George Soros, le méga spéculateur dont les fondations destinées à « ouvrir des sociétés fermées » , financent à coup de centaines de millions de dollars par an des opérations de déstabilisation de gouvernements, telles que les révolutions de couleurs des dernières années.

Aux Etats-Unis mêmes, il semble que l’ancien président Barack Obama veut assurer personnellement le commandement d’une organisation de 30 000 « agitateurs » contre Trump, ce à partir d’un hôtel particulier protégé par une enceinte à Washington. Si des protestations populaires contre telle ou telle politique d’un gouvernement sont plus que légitimes, lorsque le but est de forcer un président élu démocratiquement à quitter le pouvoir, c’est une autre affaire.

Mais il ne s’agit là que des « fantassins » derrière lesquels se trouvent des forces bien plus puissantes. Elles sont motivées non pas par le rejet d’un mur à la frontière avec le Mexique, ni par le sort des Musulmans (Obama en a fait tuer une multitude) ou encore par la réforme de la santé d’Obama, mais bien plutôt pour empêcher la nouvelle administration de se rapprocher de la Russie et de la Chine.

Les opérations actuellement en cours contre la nouvelle Administration sont sans précédent aux Etats-Unis. Le battage des médias est énorme mais, mais fait encore plus inquiétant, il est alimenté par l’« Etat parallèle » (deep state), c’est-à-dire certaines sections des agences de renseignement et du militaire, de connivence avec les néoconservateurs et l’élite financière.

JPEG - 452.5 ko
Nouvelle Solidarité N° 11/2014 - S’abonner

C’est cet appareil qui a forcé le général Michael Flynn à démissionner de son poste de conseiller à la sécurité nationale, après des fuites dans les médias sur une conversation que ce dernier aurait eue avec l’ambassadeur russe aux Etats-Unis à propos des sanctions. Rappelons que c’est Flynn, alors directeur de l’agence du renseignement du Pentagone (DIA) qui avait averti le président Obama du danger de soutenir Daech et de renverser le président Assad. Obama, en retour, l’a évincé de son poste. Ainsi, il compte beaucoup d’ennemis, y compris dans la CIA et le FBI.

Pour donner quelques exemples du battage : un ancien analyste de la NSA John Schindler a tweeté les propos d’un officier du renseignement de haut rang : Trump « va mourir en prison », tandis que Thomas Friedman du New York Times comparait l’élection de Trump à l’attaque contre Pearl Harbor et aux attentats du 11 septembre 2001.

Dans la London Review of Books, Adam Shatz discutait ouvertement de la possibilité que ce « deep state » assassine Trump, reprenant le thème lancé le 21 janvier par un correspondent de la BBC Paul Wood :

Donald Trump sera-t-il assassiné, renversé dans un coup d’Etat ou tout simplement destitué ?

Autre indication alarmante de l’opération en cours : les discussions hautement confidentielles de Trump avec les présidents mexicain et australien ont été filtrées à la presse pour tenter de le discréditer.

On se trouve donc dans une situation dangereuse, où les gens se disant « de gauche » encouragent des activités illicites des services du renseignement ou encore les propos cinglés d’un sénateur, John McCain, qui rêve de faire la guerre partout dans le monde.

JPEG - 130 ko
Le sénateur américain John McCain, à Kiev le 14 décembre 2013, observant le coup d’état orchestré par le département d’Etat américain (ministère des Affaires étrangères) contre le gouvernement démocratiquement élu d’Ukraine.
Crédit : U.S. Embassy Ukraine

Voir le commentaire

  • BONIN Stéphane • 28/02/2017 - 16:45

    Vous avez un aperçu de ce qui se passera en France, si Marine Le Pen ou même François Fillon sont élus à la Présidence . Le chaos prélude à la guerre civile ?

    Autre exemple : ce jour, j’ apprends que des députés dit PS s’ opposent à la campagne de Benoit Hamon, le candidat pourtant désigné par la primaires du PS (et "des gauches" (sauf Mélenchon, Arthaud, Poutou)) . Quel respect de la démocratie ! Au passage, ces dit députés socialistes envisageraient de rejoindre l’ équipe de Macron . On devine de qui Macron est le nom (clin d’ oeil) !

    Pensons à la Grande-Bretagne où des députés travaillistes (ou dit ainsi) ont rejoint le camp de leur "ennemi politique" après la nomination de Jérémy Corbyn . Passer direct à "l’ ennemi", donc en refusant le vote des militants, ils appellent ça "de le démocraie" ces déserteurs ? Quelle honte !

    Vous voyez "le système" dans sa splendeur !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide