Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Sortir du système euro

La rédaction
visites
982
commentaire

Helga Zepp-LaRouche, candidate du Mouvement des droits civiques-Solidarité (BüSo) à la chancellerie lors des prochaines élections législatives allemandes, a déclaré le 15 juillet que si elle était élue, elle retirerait unilatéralement l’Allemagne du traité de Maastricht et de l’Union économique et monétaire (UEM) européenne, afin de lancer une véritable politique de croissance économique après avoir rétabli le mark. L’euro « devrait servir uniquement d’unité de compensation ». L’abandon de ces traités est parfaitement conforme au droit international, précise-t-elle.

Parallèlement au retour du deutschmark, elle propose de lancer, en vertu de la Loi de stabilité et de croissance de 1967, un programme d’investissements publics à grande échelle dans l’infrastructure. Cette loi oblige le gouvernement allemand à prendre toutes les mesures nécessaires pour faciliter la croissance économique et le plein emploi, lorsque l’économie connaît de graves « déséquilibres », ce qui est incontestablement le cas au vu du niveau réel de chômage, qui touche effectivement neuf millions de personnes.

En tant que chancelière, Helga Zepp-LaRouche lancerait « également un processus de conférence monétaire internationale dans la tradition de Bretton Woods. Grâce à l’influence de mon mari Lyndon LaRouche, ce nouveau système de Bretton Woods bénéficie déjà d’un réel soutien à la Chambre et au Sénat américains, dans le Parti démocrate comme chez les républicains modérés. La Chambre italienne a déjà adopté à une forte majorité une résolution (...) en faveur d’un nouveau système de Bretton Woods, qui rencontre aussi un soutien considérable dans bien d’autres pays . »

Mme Zepp-LaRouche a tenu à annoncer dès à présent ces mesures, étant donné que les autres partis politiques, qu’ils soient de gauche ou de droite, ne proposent rien face à la crise qui menace l’existence même du pays. Elle critique en particulier le programme économique de la candidate de la CDU/CSU, Angela Merkel, qui dissimule à peine la perspective d’une réduction brutale du niveau de vie de la majeure partie de la population, au moyen de mesures fiscales et autres « réformes » (voir troisième article). En politique extérieure, le programme de Merkel prévoit un affaiblissement de la coopération avec la France, la Russie et la Chine, au profit d’un axe avec les néo-conservateurs de Washington. De toute évidence, fait remarquer Helga Zepp-LaRouche, « Frau Merkel » n’a pas encore vu les nuages du Watergate s’accumuler au-dessus de Washington.

Contactez-nous !

Don rapide