Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Specter prépare une loi pour permettre au Congrès de poursuivre Bush

La rédaction
visites
929

Au cours d’une intervention au Sénat le 24 juillet dernier, le sénateur Arlen Specter (R-PA), président de la Commission judiciaire du Sénat, a déclaré que Bruce Fein, un ancien responsable du département de la Justice sous Ronald Reagan, ainsi que sa propre équipe, préparent un projet de loi qui donnerait pouvoir au Congrès de poursuivre le Président devant un tribunal fédéral, afin de rendre inconstitutionnel l’ajout de commentaires aux lois adoptées par le Congrès.

Hier, le « Comité du barreau américain sur les commentaires présidentiels » (ABA Task Force on Presidential signing statements) a rendu public un rapport attaquant très durement cette pratique. Depuis qu’il est président, George W. Bush a annoté les lois de 800 « commentaires », dans lesquels il déclare purement et simplement qu’il ne mettra pas en vigueur ces lois pourtant adoptées par le Congrès ! C’est un secret de polichinelle, à Washington, que l’auteur de ces « commentaires » n’est autre que David Addington, le directeur de cabinet du vice-président Dick Cheney, un homme qui ne cache pas son admiration pour le Kron-juriste des nazis, Carl Schmitt, selon lequel le « Führer » avait le droit d’outrepasser les lois quand il l’estimait nécessaire.

Evoquant cette question le 25 juillet dernier, Michael Greco, le président du barreau américain qui a nommé la commission d’enquête, a déclaré que le roi Jacques II d’Angleterre avait été déposé pour avoir fait ce que Bush fait aujourd’hui, c’est-à-dire refuser de mettre les lois en vigueur. « Quand les Pères fondateurs ont créé notre Constitution, ils étaient attentifs à cela et ils ont séparé les pouvoirs », a-t-il dit, ajoutant « qu’ils avait exigé que le Président mette en vigueur les lois ».

Contactez-nous !