Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Statistiques économiques et bulle financière

La rédaction
visites
789

Juste au moment où le Dow Jones menaçait de tomber en chute libre à partir du 15 octobre, on a assisté à un processus miraculeux de « reprise ». Alors que le Dow Jones perdait plus de 260 points et que le dollar suivait le mouvement de baisse, différentes statistiques sur l’économie américaine ont été publiées juste au bon moment pour montrer que tout allait pour le mieux outre-Atlantique.

Puis, le 26 octobre, la direction rédactionnelle du Wall Street Journal, qui décide de la composition du Dow Jones, fit entrer les compagnies de l’« âge de l’information » comme Microsoft, Intel et SBC Communications dans l’indice, à la place de sociétés industrielles plus « sérieuses » comme Goodyear et Chevron. Lyndon LaRouche a fait remarquer que le Dow Jones est véritablement devenu l’« Indice postindustriel Dow Jones ».

De son côté, l’économiste allemand Kurt Richebächer, dans le Börsen Zeitung du 19 octobre, a attaqué le mythe répandu selon lequel la récession économique était devenue un phénomène du « passé » grâce à un « nouveau paradigme » combinant dans un processus économique les technologies informatiques, l’Internet et la « shareholder value ».

Richebächer note que l’expansion économique américaine récente est la conséquence directe d’« une expansion du crédit inégalée dans toute l’histoire. Elle surpasse toutes les bulles financières précédentes. » En regardant l’expansion du crédit des quatre dernières années et demi, il note que le « nouvel endettement de l’économie américaine a augmenté de plus de 7200 milliards de dollars, soit 40 %, atteignant 24 428 milliards de dollars. Cela représente 363 % du PIB actuel. » Richebächer, qui était directeur de la Dresdner Bank dans les années 70, ajoute : « Si l’on examine les statistiques, il est évident qu’entre 1997 et 1998 le système de crédit américain a échappé à tout contrôle. » Le nouvel endettement du secteur non financier privé a augmenté d’une année sur l’autre de 41 %, mais l’endettement à l’intérieur du système financier s’est accru encore plus rapidement.

« L’Amérique est le cas le plus extrême de "bulle financière" et d’"économie bulle" qui ait jamais existé. »

Contactez-nous !