Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Syrie : Obama s’allie à Al-Qaïda pour déstabiliser la région

La rédaction
visites
1789
commentaires

25 juillet 2012 (Nouvelle Solidarité) – L’administration Obama a accéléré ses efforts pour armer les rebelles syriens et s’apprête à fournir un soutien militaire direct aux opposants au régime de Bashar al-Assad, selon des sources basées à Washington D.C. Même si toute la communauté du renseignement sait que les combattants syriens sont affiliés à Al-Qaïda, la Maison Blanche est tellement frustrée et déterminée à se débarrasser du Président syrien avant d’entrer dans le vif de la campagne présidentielle américaine qu’elle a décidé de faire sans l’approbation du Congrès ni celle du Conseil de Sécurité de l’ONU, mais avec l’aide des saoudiens.

Tout ceci ne fait que démontrer, selon l’économiste et homme d’Etat américain Lyndon LaRouche, l’urgente nécessité de révoquer le mandat d’Obama avant que n’ait lieu la convention démocrate du 3 septembre prochain, où le candidat officiel du Parti démocrate à l’élection présidentielle de novembre prochain sera officiellement nommé. LaRouche avait identifié en décembre dernier la question syrienne comme l’un des points les plus sensibles pouvant conduire à une guerre régionale puis à une confrontation thermonucléaire avec la Russie.

Les opérations d’Obama en soutien aux rebelles syriens incluent : l’entraînement des combattants, les communications et l’information nécessaire à la sélection des cibles, l’aide aux saoudiens et quataris pour la logistique ayant trait à l’armement des rebelles, l’entraînement et la formation de 40 membres choisis dans plusieurs groupes d’opposition pour former le nouveau gouvernement syrien après la chute d’Assad. La plupart de ces opérations sont interdites par le plan de cessez-le-feu de Kofi Annan négocié dans le cadre du Conseil de sécurité de l’ONU.

Ces actes ne peuvent être qualifiés que comme opération visant à faire tomber un chef d’Etat étranger, constituant une violation du droit international, aggravée par l’association à des réseaux salafistes qui n’ont d’autre objectif que de créer des « rivières de sang » en Syrie et en Irak, puis ensuite au Liban.

L’administration Obama fait semblant d’ignorer l’implication de ces réseaux salafistes, et affirme que l’Armée pour une Syrie libre (FSA) n’est formée que de dissidents de l’armée syrienne et est seule responsable de la rébellion. Le quotidien saoudien Al-Sharq rapporte pourtant le 20 juillet qu’un agent du renseignement jordanien a signalé la présence de 6000 combattants d’Al-Qaïda en Syrie. Al-Sharq ajoute que la plupart de ces combattants sont entrés par la Turquie ou l’Irak et qu’ils ne sont pas de nationalité syrienne. D’importants contingents sont venus de Palestine, de Libye, de Tunisie et du Liban, selon certains rapports. Selon le quotidien, des membres d’Al-Qaïda ont levé leur drapeau après s’être emparés du poste frontière Bab al-Hawa.

Lors de la période de questions au cours d’une session parlementaire la semaine dernière au Bundestag allemand, un agent du renseignement allemand a répondu « qu’environ 90 » attaques terroristes en Syrie pourraient être attribuées à Al-Qaïda et autres groupes djihadistes, selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Trois autres quotidiens allemands ont également publié des rapport attribuant le massacre du 25 mai, où 108 personnes ont perdu la vie, à des rebelles opposés aux gouvernement. Ceci contredit les affirmations initiales selon lesquelles le gouvernement syrien était l’entité responsable. Un correspondant de guerre expérimenté du tabloïd Bild, Juergen Todenhofer, a écrit que les rebelles étaient responsables « de l’assassinat délibéré de civils pour ensuite les présenter comme victimes du gouvernement syrien ». Il a par ailleurs décrit « cette stratégie du marketing du massacre » comme l’une des pratiques les plus dégoûtantes de tous les conflits armés qu’il avait été amené à couvrir.

Avec la nomination du Prince Bandar bin Sultan comme directeur du renseignement saoudien, les tueurs néo-salafistes auront toute l’aide nécessaire dans leur mission consistant à entraîner la Syrie dans la guerre civile, de même que le Liban, leur prochaine cible.

Bandar et les britanniques ont promis aux américains qu’une fois Assad chassé du pouvoir, l’Arabie saoudite « démantèlerait » les réseaux néo-salafistes. Un analyste spécialisé sur le Moyen-Orient consulté par les associés de LaRouche aux Etats-Unis a rétorqué qu’une fois les néo-salafistes lancés, plus personne ne pourrait ensuite les arrêter, comme c’est déjà le cas en Irak. « Qui fournit les armes à AQI (Al-Qaïda Irak) ? a-t-il demandé, avant de poursuivre : les saoudiens. »

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergey Lavrov a pour sa part déclaré le 17 juillet que le fait de soutenir l’opposition syrienne tout en exigeant le départ de Bashar al-Assad mènera le pays dans une impasse, autrement dit la guerre civile.

Un article de Zhong Sheng « la voix de la Chine » dans le Quotidien du Peuple soulignait le même jour, qu’« il est très facile pour l’alliance militaire la plus puissante de renverser le régime d’un petit pays par la guerre. Cela donne l’impression qu’une telle alliance, en décidant d’arrêter le "désastre humanitaire" par la force, montre un grand sens de justice et de responsabilité. Cependant, les attaques terroristes et les bombes qui s’enchaînent sur la décennie qui suit la mise en place d’un nouveau régime de ce type, ne devraient-elles pas être considérées elles-aussi comme des désastres humanitaires ? »

Voir les 3 commentaires

  • Eric • 26/07/2012 - 16:47

    A chaque fois que je lis le terme « al-Qaïda », je le remplace par le terme « CIA », et tout devient limpide !
    Ils entrainent « des barbus bien blancs » déguisés en guerriers d’Allah et tellement bien entrainés à déstabiliser des pays en y semant la discorde et l’anarchie. « Ils » bénéficient d’une logistique telle, qu’il est extrêmement difficile au gouvernement d’un pays ciblé par les armées de cette mafia affairiste « made in USA » de garder sa souveraineté sur son propre sol !
    Quand à la Paix, n’en parlons même pas !
    Des millions de preuves se trouvent amassées sur tous les terrains ou poussent des conflits armés, en Syrie comme ailleurs. De plus, mieux vaut ne pas faire de bruits avec ces preuves car il vous en couterait probablement la vie.

    Toutes les armes saoudiennes sont fabriquées aux USA et/ou en Israël. L’Arabie Saoudite n’est qu’une plaque tournante. De même avec le Qatar. « Ils » alimentent tous les camps, « bouffe » dans toutes les gamelles, la guerre génère des dettes, les banquiers s’en frottent les mains ! Retrouvons les sources et ressources financières et vous aurez les responsables du projet chaos en Syrie. Obama n’est pas allié à Al-Qaïda, il en est le « chef-pion » à l’égal des armées US, des renseignements, ... et d’Al-Qaïda. Pour déclencher toutes les guerres et dettes civiles dans tous les lieux sensibles... et disposés à créer de la dépendance et de l’esclavage... Le « black de service » est le pigeon très « hollywoodien » du temps médiatique, un « Rob-O-bama » bien programmé... un sourire à vendre du dentifrice... et toute la panoplie. C’est à vomir !

    En attendant, les syriens qui était en Paix, sont tués chaque jour... les banques, les banques, les banques,... le fric, le fric, le fric... nous pouvons élaborer toute la métaphysique possible et inimaginable, cette hypocrisie que l’on nomme diplomatie n’aboutit à rien, et ne fait que renforcer les plans savamment camouflés des bandits en cols blancs !

    Les peuples européens sont maintenus si loin des réalités, que seul des coups de canons dans nos villes et campagnes pourraient les réveiller !

    Nous en sommes là !

    Peut-être sommes-nous plus très loin d’une telle réalité ?

    • raym • 29/07/2012 - 06:25

      Entièrement d’accord avec le commentaire d’Eric

    Répondre à ce message

  • petite souris • 25/07/2012 - 22:40

    Quelle est la stratégie d’Obamaprixnobeldelapaix ?

    Il s’allie à des terroristes pour faire la guerre ?

    Je croyais que les stètes luttaient contre les terroristes ?
    Je croyais que le peuple américain ne veut pas aller faire la guerre loin de chez eux ?

    Il s’agit de lancer une économie de guerre pour faire des emplois ?
    Mais on peut faire des emplois en lançant des grands travaux d’infrastructures comme le projet NAWAPA ....

    ........????

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide