Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Téhéran : Bush et Schröder prennent position

La rédaction
visites
826

Interviewé le 12 août par la télévision israélienne, le président Bush a été interrogé sur un éventuel recours à la force contre l’Iran, vu la stagnation des efforts diplomatiques : « Toutes les options sont sur la table, répondit-il. L’utilisation de la force représente la dernière option de tout Président. Comme vous le savez, nous avons déjà utilisé la force dans le passé récent pour protéger notre pays », faisant ainsi allusion à l’Irak.

La réaction du chancelier allemand, le lendemain, fut tout autre. « J’ai lu que des options militaires sont sur la table. Ma réponse est : chers amis d’Europe et d’Amérique, développons une ferme position dans les négociations avec l’Iran, mais écartons de la table l’option militaire. »

Dans des interviews accordées le 14 août à Bild am Sonntag et Superillu, Gerhard Schröder affirma que tant qu’il serait chancelier, il « exclurait catégoriquement toute participation allemande à une action militaire contre l’Iran ». Pour empêcher le pays d’obtenir des armes nucléaires, il faut exercer une « diplomatie patiente ». Il serait également utile, jugeait-il, que les puissances nucléaires entreprennent sérieusement de réduire leurs arsenaux. « Les Américains devraient se rendre compte que les Etats-Unis peuvent gagner, unilatéralement, des guerres, mais pas la paix, comme nous l’avons vu en Afghanistan et plus encore en Irak. »

De son côté, le gouvernement iranien insiste sur la reprise de son programme de conversion d’uranium à Ispahan, conformément au TNP et sous la supervision de l’AIEA, tout en indiquant sa volonté de poursuivre les négociations avec les Européens.

Contactez-nous !