Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Tenons Albright et Holbrooke à distance du Kosovo

La rédaction
visites
1085

Lors de sa conférence internet du 17 janvier, un ancien responsable serbe a demandé à Lyndon LaRouche comment écarter le danger grandissant d’une nouvelle guerre dans les Balkans. LaRouche lui répondit : « Rappelez-vous l’empire des Habsbourg et l’héritage qui fut légué à l’Angleterre, ainsi que l’histoire de tout ce processus [dans les Balkans], qui est devenu un foyer de conflit. Replacez ensuite cela dans la réalité d’aujourd’hui, ce qui implique un changement d’angle d’approche. (...) Les Anglais combattent rarement dans leurs propres guerres, ils s’arrangent plutôt pour monter les puissances les unes contre les autres. (...) Aujourd’hui, puisqu’ils veulent la guerre avec la Russie, ils retournent à l’héritage de 1912 et cherchent une fois de plus une nouvelle guerre des Balkans. »

« Pour résoudre cette crise, gardons-nous de faire appel à l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Madame Albright et à son envoyé spécial Richard Holbrooke. Il faut les tenir à distance de cette région. Albright est une adepte de la H.G. Wells Society et Holbrooke fut « une figure clef dans la chienlit répandue dans les Balkans dans une phase antérieure de la guerre. »

C’est en orchestrant des confits qu’on gère les empires, poursuivit LaRouche. Il faut donc combattre cette politique impériale de façon à éviter ces conflits, faciles à déclencher mais si difficiles à faire cesser.

« Tout d’abord, il faut écarter de la scène des gens comme Holbrooke, souligna LaRouche, parce qu’ils veulent déclencher la guerre ! Pas la mener, mais la déclencher ! Et vu ce qui c’est passé récemment dans la région, une nouvelle guerre serait infernale. On doit donc l’empêcher à tout prix et proposer des solutions. Ce ne sera pas facile. (...) Il s’agit de réunir des forces politiques pour qu’elles trouvent un accord et de convaincre les gens de se comporter humainement entre eux. »

LaRouche en revint alors aux Britanniques qui cherchent le conflit avec la Russie, surtout s’il est mené par les Etats-Unis. « Qui a intérêt à cette guerre ? Certainement pas les peuples de la région ! Il nous faut un accord régional, une sorte de traité de Westphalie, soutenu par les grandes puissances. »

« J’aimerais que la Russie y joue un rôle important, vu sa responsabilité historique. Car pour l’instant, l’Europe occidentale ne fonctionne pas vraiment. J’espère également que les Etats-Unis, malgré la nullité de notre Président, jouent aussi un rôle positif. Il reste malgré tout des patriotes américains qui sont conscients de leur responsabilité pour l’avenir du monde. Il existe des décideurs influents dans les allées du pouvoir, ou en dehors, capables de comprendre ce qui doit être fait, et ils le feront si on leur en donne l’occasion. Ce sont eux qui ont fait obstacle, jusqu’à présent, à ce pauvre fou de Président qui voulait une guerre avec l’Iran. »

Ensuite se pose la question de la reconstruction. « Regardez ces belles rivières, ces belles montagnes. Il y a là un potentiel fantastique pour l’agriculture et bien d’autres projets industriels. Pourquoi le développement de cette région ne servirait-il pas d’élément fédérateur autour d’une coopération mutuelle ? Une reconstruction pacifique mise en oeuvre sur plusieurs générations permettrait ainsi d’effacer peu à peu les horreurs du passé. »

Contactez-nous !