Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Timochenko appelle de ses voeux une nouvelle Guerre froide

La rédaction
visites
1283

L’ancien Premier ministre ukrainien, Ioulia Timochenko, se profile comme figure clef de la crise politique de son pays, comme en témoigne un article paru dans le numéro de mai/juin de Foreign Affairs, l’organe du Council on Foreign Relations (CFR) de New York. Le titre de son commentaire, « Contenir la Russie »,

EIRNS

L’ancien Premier ministre ukrainien, Ioulia Timochenko, se profile comme figure clef de la crise politique de son pays, comme en témoigne un article paru dans le numéro de mai/juin de Foreign Affairs, l’organe du Council on Foreign Relations (CFR) de New York. Le titre de son commentaire, « Contenir la Russie », se réfère directement à un article jadis célèbre de George Kennan (« The Sources of Soviet Conduct », signé « X »), annonçant en 1947 le début de la Guerre froide et proposant d’endiguer l’URSS. Mme Timochenko rejoint ainsi le diplomate estonien Mart Helme, qui a lui aussi récemment appelé, dans le Brussels Journal, à une nouvelle Doctrine Truman contre la Russie, que devraient adopter, selon lui, les Etats-Unis et leurs alliés anglo-saxons - Grande-Bretagne, Canada, Australie et Nouvelle Zélande.

Si, comme l’écrit Ioulia Timochenko dans l’article que Foreign Affairs a mis à disposition plus tôt que prévu, les Occidentaux ne contiennent pas dès maintenant la Russie, ils répéteront la même erreur qu’en 1939 avec la politique d’« apaisement » vis-à-vis de l’Allemagne nazie. Le 16 avril, le ministère russe des Affaires étrangères a officiellement réfuté ses thèses, commentant que son article ne fait que confirmer l’urgence d’un dialogue franc, comme l’avait souhaité Vladimir Poutine lors de son discours de février 2007 à la conférence Wehrkunde, à Munich. A cette occasion, le Président russe s’est exprimé sans détours, note la déclaration du ministère, alors que ceux qui ont incité l’ancien Premier ministre ukrainien à rédiger son article n’ont pas le courage d’en faire autant.

Pendant son voyage aux Etats-Unis en février 2007, Mme Timochenko s’est rendue au Council on Foreign Relations et a rencontré le vice-président Dick Cheney. A son retour, elle a contribué à lancer l’épreuve de force qui se déroule actuellement entre le président Viktor Iouchtchenko et la Rada suprême, le parlement ukrainien, en déclarant que Cheney et d’autres responsables américains seraient favorables à de nouvelles élections législatives en Ukraine.

Contactez-nous !