Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Tony Blair, le cerveau de la guerre de Gaza ?

La rédaction
visites
1602

4 février 2009 (LPAC) — D’après des sources moyen-orientales, c’est Tony Blair qui fut le « principal architecte » du récent assaut meurtrier contre Gaza.

C’est lui qui aurait vendu à Israël et à George W. Bush le projet consistant à déployer la machine militaire israélienne contre le Hamas afin de renforcer Mahmoud Abbas. C’est encore lui qui propage la ligne selon laquelle le véritable conflit dans la région opposerait Etats arabes modérés comme la Jordanie, l’Egypte et l’Arabie saoudite, et des Etats ou forces plus radicaux comme la Syrie, le Hamas et le Hezbollah, « alignés » sur Téhéran.

En tant qu’envoyé du Quartet des médiateurs (Etats-Unis, Union Européenne, ONU et Russie), Tony Blair est chargé de coordonner l’aide économique et humanitaire aux Palestiniens, ce qui s’est avéré un échec patent. Par contre, bien que dépourvu de mandat politique, il a rencontré Bibi Netanyahou le 25 janvier, juste avant l’arrivée de Mitchell en mission de « pacification » de la région après huit ans des politiques va-t-en-guerre de deux administrations successives Bush/Cheney.

Netanyahou confirma à Blair que s’il est élu Premier ministre, il n’autorisera pas l’implantation de nouvelles colonies, mais acceptera la « croissance naturelle ».

Selon différents sondages, la brutalité de la guerre de Gaza contribuera à propulser la droite extrême au pouvoir en Israël lors des élections prochaines du 10 février. Le Likoud de Netanyahou (ultra-droite) est donné à 29 sièges, alors que le parti d’extrême droite Israël Bentenou d’Avigdor Lieberman, dépasserait même le parti travailliste, avec 16 députés contre 15 !

Ainsi, le parti « centriste » de Tzipi Livni et les travaillistes d’Ehud Barak qui avaient cru pouvoir bénéficier politiquement de l’immense ratonade qu’ils ont déclenché contre Gaza, pourraient bien être les grands perdants de la guerre de Gaza en Israël.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !