Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Tout est en crise... sauf les « Killergames »

La rédaction
visites
1083

Le 16 décembre 2007 (LPAC) - Au moment où le monde commence à prendre conscience de l’effet néfaste des jeux vidéo de plus en plus violents, la revue Barron’s rapporte que le secteur a vu ses profits augmenter de 61,1 % depuis un an, entre novembre 2006 et novembre 2007.

Benjamin Schacter, un porte parole pour la banque d’affaires UBS disait, sans doute en se frottant les mains, que l’année dernière, la hausse n’était que de 15 %. Barron’s rapporte que les chiffres sont époustouflants : les ventes de la Xbox 360 de Microsoft ont grimpé de 141 % ; le WII de Nintendo 504 % et la Play Station 3 de Sony 941 % !

Cette semaine, le Washington Post rapportait qu’aux Etats-Unis de plus en plus de maisons de retraités organisent eux-mêmes des centres de jeu vidéo afin de permettre aux retraités de « s’entraîner ».

Pour sa part, l’armée américaine, qui avait lancé il y a cinq ans son propre jeu America’s Army pour entraîner ses troupes, compte s’investir encore plus dans les « killer games. »

Dans une déclaration publique, le général Maffey affirme que « actuellement, nous nous concentrons sur des jeux de tir individuel et en temps réel, bien qu’il y a d’autres types de jeu qui possèdent des qualités intéressantes pour l’entraînement. Ils offrent l’avantage de l’immersion dans un environnement capable de simuler la pensée - bien que dans un contexte donné - et nous offrent la capacité d’exercer nos compétences cognitives par rapport à des tâches fonctionnelles ».

D’autres militaires, tel que l’ancien lieutenant-colonel David Grossman, auteur de livres exposant le rôle des jeux vidéo violents, reste extrêment critique quant à l’efficacité de ce genre de simulateurs de combat.

Contactez-nous !