Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Traité de Lisbonne : Sarkozy avoue avoir été forcé de refuser un referendum

La rédaction
visites
1474
commentaire

21 février 2008 (Nouvelle Solidarité) - Dans son allocution du dimanche 10 février, Nicolas Sarkozy a expliqué que « nos partenaires » ont exigé que la France ne procède pas à un Referendum, faute de quoi « aucun accord n’aurait été possible ». (Voir la vidéo ici)

Alors que plus de 73 % des français se sont déclarés favorable à un referendum, Nicolas Sarkozy a avoué en novembre, lors d’une réunion à huis clos, que « La France n’était qu’en avance sur les autres pays dans son vote pour le NON ». « La même chose arriverait dans tous les Etats membres si un référendum y était organisé », a-t-il ajouté. « Un référendum aujourd’hui mettrait l’Europe en danger. Il n’y aura pas de traité si un référendum a lieu en France », ou dans d’autres pays.

Et c’est en Irlande que se tiendra le seul referendum, même si des procédures sont lancées dans d’autres pays pour y parvenir. On se souvient que dans l’histoire, patriotes et républicains français et irlandais se sont donnés la main pour déjouer les plans impériaux de William Pitt et de l’oligarchie britannique visant à détruire tout Etat-nation.

Contactez-nous !

Don rapide