Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Transport : le gouverneur de Pennsylvanie réclame un budget d’investissements

La rédaction
visites
685

« L’Amérique ne guérira jamais son déficit infrastructurel tant qu’elle n’aura pas adopté un budget d’investissement fédéral », déclara sans ambages le gouverneur Ed Rendell de Pennsylvanie le 24 mai

« L’Amérique ne guérira jamais son déficit infrastructurel tant qu’elle n’aura pas adopté un budget d’investissement fédéral », déclara sans ambages le gouverneur Ed Rendell de Pennsylvanie le 24 mai, lors d’une audition à la sous-commission du Transport de la Chambre des représentants, consacrée au financement de projets d’infrastructure par le biais de partenariats public-privé (PPP). Le président de la sous-commission, le démocrate Peter DeFazio, a reconnu que la bonne solution était effectivement de prévoir un budget d’investissements, mais n’a pas surmonté son propre pessimisme, se contentant de dire : « J’espère que nous y arriverons un jour ».

Ayant souvent critiqué les PPP qui offrent aux spéculateurs l’occasion de piller l’infrastructure publique, DeFazio a donc interrogé le gouvernement Rendell sur son intention de recourir à des PPP pour l’autoroute de Pennsylvanie. Ce dernier répliqua : « Me donnerez-vous un budget d’investissements ? » Sans répondre à cette question, le député démocrate lui a demandé s’il pourrait protéger l’intérêt public. « Si vous ne nous donnez pas de budget d’investissements, répéta le gouverneur, nous n’avons pas d’autre alternative. »

Rendell passa en revue le déficit en infrastructures dans son Etat, qui - à moins de le combler - coûtera non seulement de l’argent mais des vies humaines. Pour réparer les routes, les ponts et les transports publics, le gouverneur estime qu’il faudrait augmenter de 12 cents l’impôt sur les carburants. Sans cautionner les PPP, il conclut : « Laissez-moi parler franchement. Le refus du gouvernement fédéral d’établir un budget d’investissements [pour l’infrastructure] » nous laisse, dans les Etats, sans autre solution pour financer ces projets essentiels. « Si j’avais pu l’éviter, je l’aurais fait. Nous avons un problème grave et nous devons faire quelque chose » pour le résoudre.

Contactez-nous !