Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Tremblement de terre politique en Turquie

La rédaction
visites
829

La victoire électorale, le 3 novembre, du Parti de la justice et du développement (AKP) de Recep Tayyip Erdogan, avec 35% des voix, et les résultats du Parti du peuple républicain (CHP), avec 20%, ont écrasé les autres formations politiques qui n’ont pas dépassé la barre des 10% nécessaires pour entrer au Parlement. Il ne s’agit pas d’une alternance, c’est tout l’establishment politique qui a été mis hors jeu.

Le vote massif pour un parti considéré comme islamiste exprime le mécontentement largement répandu parmi la population turque, surtout en ce qui concerne la situation économique et l’opposition à une guerre contre l’Irak voisin. Les deux sont d’ailleurs liés puisque l’économie turque a été frappée de plein fouet par l’impact de l’embargo contre l’Irak, en place depuis fin 1990, ainsi que par une écrasante dette extérieure.

Selon des sources turques, un changement significatif s’est produit dans la structure sociale et géographique du pays, l’immigration interne ayant touché à sa fin. Les populations, autrefois rurales, vivant dans les grandes villes veulent avoir leur part du gâteau économique. Or seule une petite élite, considérée comme une oligarchie, a prospéré ces derniers temps.

L’AKP a bénéficié d’un vote de protestation pour plusieurs raisons : le dirigeant du parti, Erdogan, a promis au cours de sa campagne de combattre la corruption et de rétablir la justice sociale. Son passé en tant que maire d’Istanbul donnait de la crédibilité à ses promesses électorales, ayant mis son mandat à profit pour améliorer les conditions de vie dans cette ville. Erdogan a eu recours à des mesures mises en place dans les années 80 par l’ancien Premier ministre Ozal, pour financer des projets, notamment le premier système de métro, la conversion du charbon au gaz pour le chauffage, ce qui a permis d’assainir la ville, et la résolution du problème d’approvisionnement en eau courante. Bien qu’Erdogan soit aussi connu comme un islamiste, autrefois lié au Parti du bien-être de Necmettin Erbakan, de nombreux non-islamistes ont voté pour lui.

Le cap que prendra le nouveau gouvernement AKP reste une question ouverte. Erdogan a assuré l’électorat, l’armée et le monde que son parti respectera l’Etat laïc, maintiendra ses alliances, surtout avec les Etats-Unis et l’OTAN, et cherchera à entrer dans l’Union européenne. Il a également déclaré qu’il souhaite négocier avec le FMI, même si ce dernier n’a rien à lui offrir. En suivant les mesures d’austérité prescrites par le FMI, Erdogan ne fera que s’aliéner sa base.

Le dilemme de la politique étrangère d’Erdogan, c’est l’Irak. Ses électeurs s’opposent à la guerre et il s’est aligné sur la position des Nations unies. La voie que choisira le nouveau gouvernement turc dépendra dans une large mesure de l’armée. Le chef d’état-major de l’armée turque, le général Hilmi Ozkok, a déclaré depuis Washington, le 6 novembre : « Je ne peux qu’exprimer notre politique nationale sur l’Irak, [à savoir] que cette affaire soit résolue sans guerre. » L’armée a officiellement reconnu les résultats électoraux, bien que ses rapports avec l’AKP ne soient pas très bons. Si Erdogan suit les pouvoirs en place, il pourra gouverner (ou du moins son parti pourra gouverner), sinon, il pourrait être renversé, comme le fut Erbakan en 1997. Néanmoins, il semble peu probable que l’armée impose une interdiction de l’AKP, par crainte des répercussions en Europe.

Contactez-nous !