Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Tremonti en défense d’un Nouveau Bretton Woods et d’une banqueroute organisée

La rédaction
visites
1210

22 janvier 2010 (Nouvelle Solidarité) – Dans un entretien publié par le quotidien financier italien Il Sole 24 Ore, le ministre italien des Finances Giulio Tremonti souligne l’opposition totale entre « son » idée d’une procédure « Chapter 11 » (loi américaine sur les faillites), appliquée à l’ensemble du système financier international, de pair avec un « Nouveau Bretton Woods et un standard légal international » permettant de surmonter la crise financière en cours, et la politique de renflouement bancaire sans condition qui a prévalu jusqu’ici.

D’après Tremonti, l’idée d’un nouveau traité international (Nouveau Bretton Woods) fut écartée par le secrétaire américain au Trésor, Tim Geithner, pour qui cette procédure serait « trop longue ».

Interrogé si les Etats avaient raison de renflouer les banques en difficulté, Tremonti répond : « L’histoire nous le dira (…) Une procédure de faillite organisé (Chapter 11) aurait certainement représenté une alternative : sauver la partie financière qui est reliée à l’économie réelle, c’est-à-dire aux entreprises industrielles et aux ménages, et laisser pourrir les actifs pourris (…) Franchement, j’ai pensé et écrit que cette hypothèse mériterait d’être envisagée (…) En réalité deux idées s’opposent radicalement : celle, politique, d’un Nouveau Bretton Woods et des règles légales clairement établies, qui s’oppose à l’idée, purement technique, de Forums et de Boards [une référence au Financial Stability Forum devenu Global Stability Board que préside l’ennemi juré de Tremonti, Mario Draghi]. Il s’agit de deux conceptions du monde, deux façons de faire très différentes (…) Quand un homme politique américain de premier plan [le secrétaire au Trésor Timothy Geithner – note du quotidien] affirme que l’idée d’un « Traité » fut écartée parce que cela nécessiterait une longue procédure pour obtenir l’aval des « parlements », alors il exprime un point de vue qui diffère du mien ».

Tremonti appuie également le refus du gouvernement italien de la « boucherie sociale » qui résulterait d’une réduction des soins médicaux et appelle les autres pays européens à se distancer de l’agenda de Lisbonne. Pour lui, à l’opposé, une nouvelle politique européenne devrait plutôt s’inspirer d’Euratom, un organisme européen qui a permis à l’Allemagne, l’Italie, la France et les pays du Benelux, grâce à des « coopérations renforcées », de démarrer leur programme électronucléaire après-guerre.


A lire :


Contactez-nous !