Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Tremonti : pas de solution locale, la crise est globale

La rédaction
visites
960
commentaire

19 mars 2008 (Nouvelle Solidarité) - L’économiste italien Guilio Tremonti [*]qui deviendrait ministre de l’économie si la coalition du PdL de Berlusconi gagnait les élections du 13-14 Avril, électrise tout le pays avec son appel pour une nouvelle conférence internationale de Bretton Woods afin de rétablir un système monétaire international de taux de changes fixes.

Hier, lors d’une émission télévisée, Tremonti a fait allusion à Lyndon LaRouche, le père de l’appel pour un Nouveau Bretton Woods.

Il était l’invité du programme : « Otto e mezzo » de la chaîne privée La7. Tremonti a déclaré que les économistes n’ont pas connaissance de l’étendue de la crise. « Aux USA, il n’y en a qu’un. En Europe, je suis le seul. »

Tremonti a repris judicieusement l’animateur de l’émission qui avait tendance à ramener le débat à la seule question italienne. « Il n’y a pas de solutions locales » a dit Tremonti. « La crise est mondiale et nous avons besoin de solutions mondiales. Il est nécessaire de faire un nouveau Bretton Woods, sinon nous pouvons toujours attendre des miracles. » Lorsque le modérateur continua à insister sur « les solutions italiennes », Tremonti resta ferme et dit : « Si vous ne comprenez pas cela, vos téléspectateurs eux comprendront. Il n’y a pas de solution locale : il n’y a qu’une solution globale. »

Tremonti réitéra son appel pour un Nouveau Bretton Woods, lundi, aux informations de 20 heures sur la chaîne italienne à grande audience : Raiuno.


[*Ancien ministre de l’économie, Giulio Tremonti est vice-président de la Chambre des députés. Auteur du « plan Tremonti » pour le développement des infrastructures physiques en Europe, il est un franc-tireur dans la politique italienne, reconnu pour son indépendance et son autorité en matière économique. Son dernier livre Peur et espoir (voir ici), affirmant l’échec inexorable de la mondialisation et appelant à un nouvel ordre financier et monétaire international, cause un tremblement de terre dans le débat politique italien.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 20 septembre le monde
en devenir

Don rapide