Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Tremonti répond aux menaces de la City

La rédaction
visites
997
commentaire

16 avril 2008 (LPAC) – Le futur ministre italien aux finances, Giulio Tremonti, a répondu, aujourd’hui, à la menace de mort à peine voilée parue dans le Financial Times (FT) du 9 avril, qui appelait à « tuer le serpent dans l’oeuf ».

Sans faire mention de la menace, Tremonti a rejeté les accusations d’entrave au marché libre, argumentant que les principaux perturbateurs sont, en réalité, les Banques centrales. Ensuite, il a suggéré une autre référence que celle de Shakespeare, proposant l’« air de la calomnie » du barbier de Séville de Rossini, en référence au nom du journaliste du FT, Tony Barber [barbier en anglais, ndt] : « C’est un fait qu’après les interventions de certains gouvernements dans les cas de Northern Rock et Bear Stearns, personne ne peut plus dire que l’intervention de l’Etat, même dans le sanctuaire du capitalisme, équivaut à une tentative de tuer l’économie de libre-échange. »

« Pour synthétiser, mes vues peuvent être résumées en deux points : premièrement, "Marché si possible, Etat si nécessaire" et deuxièmement, "Commerce basé sur la régulation contre Libre-échange non régulé". »

« Les mots tragiques de Shakespeare portent bien trop haut pour mon humble personne. Pour aider M. Barber, je lui suggère une description plus appropriée de ce qui est souvent (faussement) dit sur mes prises de position : "La calomnia è un venticello [La calomnie est un petit vent…, ndt]…" du barbier de Séville, qui n’est pas une tragédie. »

Le deuxième mandat de Tremonti comme Ministre de l’Economie (Finances et Budget) est vu comme une menace par l’oligarchie financière de la City de Londres, parce qu’il s’oriente vers une régulation du marché et un nouveau Bretton Woods. Hier, l’auteur pro-britannique, Alberto Alesina, celui dont le livre est devenu la Bible des séparatistes belges, a tonné depuis Washington que la pire des choses que Berlusconi puisse faire serait d’écouter Tremonti et de prendre la direction du protectionnisme.

Contactez-nous !

Don rapide