Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire Flash : 1er avril - Devant la FNSEA réunie à Brest, Cheminade présente sa vision de l’agriculture du futur Lire
AccueilActualité
Brèves

Trichet : la reprise est là mais les banques ont besoin de moi

La rédaction
visites
1333
commentaires

7 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Encore une fois, nous avons la confirmation que Jean Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne (BCE), porte bien son nom. Alors que la fin de l’année fiscale américaine, le 30 septembre, risque de faire basculer le système économique et financier dans la phase terminale de sa désintégration entamée en juillet 2007, M. Trichet annonce un nouveau prêt défiant toute concurrence aux institutions financières européennes…pour le 30 septembre.

Annonçant à l’aveuglette une reprise pour 2010, en présentant une batterie de nouvelles prévisions réévaluées (depuis deux ans la BCE - comme la Banque mondiale, le FMI, l’OCDE et l’ensemble des institutions du monde – ne cesse tous les trois mois de rectifier ses statistiques à la baisse puis maintenant à la hausse), le mage de la BCE a toutefois estimé que « ce n’est pas le moment » de mettre un terme au dispositif d’aide aux établissements bancaires - prêts illimités, taux historiquement faibles, prêts à un an, achats d’obligations foncières.

En juin dernier, la BCE avait accordé 442 milliards d’euros à un an et au taux de 1% (a en faire grimacer ceux qui payent leurs mensualités à ces mêmes banques) à 1121 établissements financiers qui avaient jugé l’offre tellement intéressante « qu’ils avaient mobilisé tous les actifs de leur bilan qu’ils pouvaient apporter en garantie du prêt pour obtenir le maximum de liquidités », explique Le Monde, et « une banque française avait même obtenu à elle seule 50 milliards d’euros ». Cette injection avait accompagné la soudaine remontée estivale des marchés financiers pendant que les PME, artisans et commerçants continuaient de mettre la clé sous la porte, à défaut de crédit.

L’injection du 30 septembre sera aux mêmes conditions que celle de juin et Trichet a annoncé qu’il fournirait un troisième shoot en décembre.

Jusqu’ici tout va bien…

Voir les 4 commentaires

  • petite souris • 07/09/2009 - 16:36

    C’est monstrueux..........

    • phil610 • 07/09/2009 - 19:36

      Même pas, c’est lamentable.

    • Sébastien • 08/09/2009 - 02:31

      Première nouvelle : ce sont les chômeurs ou les ménages surendettés qui refont leur épargne ?

      Aaahh, monsieur est Prix Nobel....!

    Répondre à ce message

  • grandmonarque • 07/09/2009 - 20:28

    STIGLITZ ENFONCE LE CLOU

    ATTENTION : NOUS SOMMES AU BORD D’UNE TRES GRAVE CRISE ECONOMIQUE…

    Un extrait d’un article du Parisien

    Stiglitz avertit d’un scénario de crise économique en "W"

    PartagerLe Prix Nobel d’économie américain Joseph Stiglitz redoute un scénario de crise économique en forme de "W", où l’amélioration économique temporaire actuelle après la crise de fin 2008 serait suivie d’une rechute, a-t-il dit lundi à l’AFP à Reykjavik.
    "Il est difficile de savoir s’il y aura ou quand il y aura un +W+", a déclaré l’économiste réputé, qui pointe les nombreux risques qui menacent toujours l’économie mondiale, principalement l’épuisement des vastes plans de relance menés à travers le monde.

    "Il y a un certain nombre de risques économiques significatifs devant nous. Un risque pour le secteur financier, pour l’immobilier commercial, pour le crédit immobilier. Et il y a aussi des risques pour l’économie réelle, à cause de la baisse des revenus des Etats et la fin des mesures de relance en 2011 sera un choc négatif pour l’économie", a-t-il dit à l’AFP.
    "Actuellement, on fait l’inventaire. Les gens refont leurs stocks", observe l’ancien conseiller économique de Bill Clinton à la Maison Blanche et prix Nobel en 2001, soulignant que les ménages reconstituent leur épargne, passée dans certains pays de niveaux proches de zéro à "7 ou 9%".

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide