Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Tsarmania : Obama contre la démocratie

La rédaction
visites
1504

10 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Barack Obama, que les médias français continuent d’encenser comme un grand démocrate, a brillé ses derniers mois par des nominations directes et unilatérales qui, devenant la norme, contredisent les principes de base de la Constitution américaine, comme de toute démocratie. C’est ce qu’en France on appellerait la « présidentialisation du régime ». C’est exactement dans l’esprit de « l’exécutif unitaire », théorisé par le juriste nazi Karl Schmitt et introduit aux Etats-Unis après le 11 septembre par l’administration Bush/Cheney.

Un « tsar », comme on appelle ces conseillers spéciaux, est un assistant du Président sur une question particulière. Il a de fait le rôle d’un ministre, mais sa désignation par le chef de l’Etat n’est pas assujettie à la clause de nomination de la Constitution fédérale, selon laquelle le Sénat doit « conseiller et consentir » à la proposition de l’exécutif, contrairement aux membres du cabinet du Président. La constitution permet bien au Président de nommer directement les personnes qui leurs sont subordonnées, mais les tsars n’entrent pas dans cette catégorie, étant plus puissants et ayant plus accès au Président.

Comme Fox News le pointait du doigt, l’un des tous premiers « tsars » fut le conseiller de Richard Nixon à la Sécurité nationale Henry Kissinger, qui agissait librement et sans en référer aux secrétariats à la Défense et aux Affaires étrangères, avec la philosophie et les résultats que l’on sait.

Ces postes étaient jusqu’à maintenant exceptionnels, aujourd’hui, ils deviennent la règle : depuis 8 mois qu’il est au pouvoir, Obama a déjà nommé 32 « tsars », créant 25 nouveaux postes, dont le dernier en date est celui consacré à l’Industrie, tenu par Ron Bloom, ancien vice-président de la banque synarchiste Lazard Frère.

Alors, toujours fan ?

___

Voici la liste des « tsars » obamistes et leur poste (le * désigne les postes nouvellement créés) :

* Richard Holbrooke à l’Afghanistan
Jeffrey Crowley au SIDA
* Ed Montgomery à la Relance automobile
* Alan Bersin aux Frontières
* David J. Hayes à l’Eau de Californie
* Ron Bloom à l’Automobile (qui vient d’être nommé à l’industrie)
* Dennis Ross à la Région centrale du pays
* Lynn Rosenthal à la Violence intérieure
Gil Kerlikowske à la Drogue
Paul Volcker à l’Economie
* Carol Browner à l’Energie et l’environnement
Joshua DuBois aux Croyances (religieuses)
* Cameron Davis aux Grands lacs
* Van Jones aux Emplois verts (qui vient de démissionner)
* Daniel Fried à Guantanamo
Nancy-Ann DeParle à la Santé
* Vivek Kundra à l’Information
* Todd Stern au Climat international
Dennis Blair au Renseignement
* Ron Bloom à l’Industrie
* George Mitchell à la Paix au Moyen-Orient
* Kenneth Feinberg aux Salaires
Cass Sunstein à la Régulation
* John Holdren à la Science
* Earl Devaney au Plan de relance
* J. Scott Gration au Soudan
* Herb Allison au Plan de renfloument
* John Brennan au Terrorisme
* Aneesh Chopra à la Technologie
* Adolfo Carrion Jr. aux Affaires urbaines
* Ashton Carter aux Armes
* Gary Samore aux Armes de destructions massives

Contactez-nous !