Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 24 avril - Jacques Cheminade : « Mon exemple, c’est le général de Gaulle partant à Londres » Lire Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire
AccueilActualité
Brèves

Tuer, scier, brûler : c’était censé être un jeu pour nos enfants

La rédaction
visites
1569
commentaire

13 novembre 2007 - Hier, deux jeunes adultes de 18 ans ont été arrêtés à Detroit (Etats-Unis), pour un meurtre qui pourrait être directement inspiré du jeu vidéo Manhunt (Chasse à l’homme).

Kym Worthy, le procureur du conté de Wayne dans le Michigan, raconte comment Jean-Pierre Orlewicz et Alexander James Letkermann ont tué Daniel G. Sorensen. Ils l’ont poignardé mortellement, lui ont scié la tête, puis ont utilisé un chalumeau pour brûler son corps. Tout ça simplement pour un frisson de plaisir. Worthy explique : « Chacun de nous a vu toutes les sortes de crimes possibles, mais la raison qui pousse quelqu’un a tuer pour le plaisir nous stupéfait ».

Le crime était organisé à l’avance : « ils l’on attiré dans un garage où un espace avait été préparé pour le tuer ». Une bâche sur le sol et du liquide nettoyant pour enlever les taches de sang ont été retrouvées. Ensuite, il ont emmené le corps sur un terrain vague et l’ont brûlé. Worthy a dénoncé un meurtre qui « glace le sang ».

Dans le jeu vidéo Manhunt, les joueurs contrôlent des fous évadés d’un asile, libres de se laisser aller à une véritable orgie de meurtres. Tous les coup sont permis : coups de couteaux, découpe à la hache et immolation des victimes. Pour couronner le tout, la suite, Manhunt 2, est juste sorti la semaine dernière aux Etats-Unis, et est, comme ils disent, « Maintenant disponible dans un magasin près de vous ».

Pour lire ou relire le texte de Jacques Cheminade : MySpace, Facebook : Un camp de concentration mental sans larmes

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide