Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

UE-FMI : des « forces d’occupations » comme les « barbares » de l’Empire perse

La rédaction
visites
1130

26 mars 2011 (Nouvelle Solidarité) – Jeudi à Bruxelles, alors que 20 000 personnes manifestaient contre l’austérité institutionnalisée de l’UE, un groupe de jeunes militants grecs a interrompu une réunion avec le ministre grec de la Culture qui se tenait au parlement européen à l’occasion des 2500 ans de la bataille de Marathon. En 490 avant JC, l’Empire perse tenta de détruire la République athénienne en débarquant 100 000 hommes sur les côtes grecques ; quelques 10 000 soldats athéniens leur infligèrent une cuisante défaite...

JPEG - 32.2 ko

Accompagné d’une banderole où l’on pouvait lire « Barbares de l’UE et du FMI, écoutez – Les peuples d’Europe se soulèvent », Yiorgos Vassalos, du groupe brusselois Initiative de Solidarité avec le Peuple Grec, a dénoncé l’UE et le FMI de M. Strauss-Khan comme étant des « forces d’occupations » comparables aux « barbares » de l’Empire perse.

En Grèce, la colère s’empare de l’ensemble de la société, avec des grèves et des occupations dans les écoles et les hôpitaux, et les politiciens de droite comme de gauche sont obligés de longer les murs. Interrogé par EUobserver , le journaliste grec Aris Chatzistefanou a expliqué : « Pas un membre des des deux principaux partis ne peut marcher dans le centre d’Athènes sans se faire assaillir. Les parlementaires ne vont plus dans les restaurants où ils avaient leurs habitudes, pas seulement par crainte d’être conspués ou agressés, mais les restaurateurs leur demande de ne pas venir car c’est mauvais pour les affaires. »


A lire : Wall Street et la City craignent une révolte mondiale de la jeunesse...


Contactez-nous !