Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

UE : la Russie offre l’espoir à la Grèce, la Troïka l’agonie

La rédaction
visites
1106
commentaires

3 février 2012 (Nouvelle Solidarité) — Pour prendre la mesure de l’intention suicidaire de la politique de l’UE, il est utile de comparer la rencontre récente à Moscou entre le Premier ministre russe Vladimir Poutine et le dirigeant du parti grec de la Nouvelle démocratie Antónis Samarás, aux dernières exigences de la Troïka (BCE, Commission européenne et FMI) vis-à-vis d’Athènes.

Samarás a déclaré, selon Athen News, que sa rencontre avec Poutine « s’est passée dans un très bon climat et toutes les questions ont été approfondies. Il a fait montre d’un intérêt particulier et d’une volonté d’assister notre pays. Nous avons aussi parlé des problèmes dans les relations entre la Grèce et la Russie et nous avons examiné les voies pour les surmonter. »

Les discussions ont porté sur la coopération énergétique et l’investissement russe en Grèce, surtout dans les grands projets d’infrastructure, comme les ports, les aéroports et éventuellement les chemins de fer, qui seront partiellement privatisés. Poutine tient beaucoup à la construction de la portion sud du gazoduc South Stream, qui sera mis en chantier plus tôt que prévu, soit avant la fin de 2012.

Le PDG de Gazprom, Alexeï Miller, a exprimé de son côté un intérêt pour l’investissement dans le secteur public de l’énergie en Grèce, y compris dans la construction de centrales électriques dans l’Ouest du pays, qui pourraient être alimentées par le gazoduc South Stream. Samarás a également rencontré le chef de cabinet du Kremlin Sergueï Ivanov, ainsi que le patriarche russe Cyrille.

Le jour même où Samarás était à Moscou, l’infâme Troïka présentait ses nouvelles exigences au Premier ministre fantoche de la Grèce, Lucas Papademos. Elles sont plus que draconiennes : 150 000 licenciements dans le secteur public d’ici 2015, réduction des dépenses militaires et de santé, suppression d’institutions d’Etat. Mais ce n’est pas tout. On exige aussi la coupe des retraites, une augmentation supplémentaire des impôts et l’économie de 2,2 milliards d’euros supplémentaires dans les dépenses publiques prévues pour cette année, accompagnées d’une baisse des avantages de la sécurité sociale de 5 %.

Lors de la réunion du 30 janvier, les chefs de gouvernement de l’UE ont reporté la discussion sur l’adoption d’une proposition allemande exigeant que la Grèce cède sa souveraineté en matière fiscale et de dépenses à un « commissaire du budget » de la zone euro, avant de pouvoir bénéficier de la prochaine tranche d’aide de 130 milliards d’euros. Ce nouveau commissaire serait nommé par les ministres des Finances de la zone euro et serait chargé de superviser « tous les principaux postes de dépenses » du gouvernement. « La Grèce doit accepter de transférer sa souveraineté budgétaire au niveau européen pour un certain temps », affirme le document. Et plus loin : « Si une future tranche n’est pas déboursée, la Grèce ne pourra pas menacer ses créanciers d’un défaut de paiement, mais devra accepter à la place des réductions supplémentaires dans les dépenses primaires comme seule conséquence possible de tout non-déboursement. » Athènes serait aussi contrainte d’adopter une loi consacrant de façon permanente l’utilisation des recettes de l’Etat en priorité au service de la dette.

Entre-temps, les histoires d’horreur sur le terrain attestent de la misère croissante de la population grecque. Le maire d’Athènes, Georges Kaminis, ainsi que l’archevêché d’Athènes et le ministère de la Santé, viennent de présenter un rapport au Parlement sur l’augmentation dramatique du nombre de « nouveaux sans-abris ». Il s’agit de personnes issues de la classe moyenne, y compris des familles entières, qui se retrouvent à la rue. La plupart de ceux qui sont à la recherche d’un logement temporaire auprès des 52 lieux prévus à cet effet dans toute la ville n’ont pas pu payer leur loyer à cause de l’augmentation des impôts. D’autres, suite à la perte de leur emploi ou à la baisse de leur salaire, n’ont pas pu payer leurs cotisations de santé, et ne peuvent donc pas se faire soigner.

Encore plus révélateur de la barbarie imposée aux Grecs : certains sont contraints d’abandonner leurs enfants. SOS Enfants, qui gère des établissements pour enfants abandonnés ou maltraités, rapporte qu’elle a reçu entre 700 et 800 demandes d’aide de la part de familles depuis le début de 2011. Avant la crise financière, la raison la plus courante pour le placement d’enfants était la maltraitance. L’an dernier, près de 100 % des nouveaux placements ont eu lieu suite à une crise financière au sein de la famille. Les responsables s’attendent à ce que la situation devienne encore plus difficile au cours des prochains mois.

Voir les 4 commentaires

  • Soubise • 04/02/2012 - 12:10

    Et ceci n’est que le prélude à d’autres pays Européens d’ici deux ans ,dont la France.
    Une façon de prévoir l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Eric • 03/02/2012 - 20:44

    "Mitterrand et sa clique", "Sarkozy et sa clique", "la Troïka et sa clique" n’étaient et ne sont que des symptômes. Or des symptômes ne peuvent disparaître que si on s’attaque à la racine du mal, à savoir le système monétaire. Autrement dit, ce dernier doit être aboli, sinon les horreurs qui se passent en Grèce auront également lieu dans d’autres pays européens.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 03/02/2012 - 11:40

    La Troïka exige aussi la coupe des retraites, une augmentation supplémentaire des impôts et l’économie de 2,2 milliards d’euros supplémentaires dans les dépenses publiques prévues pour cette année, accompagnées d’une baisse des avantages de la sécurité sociale de 5 %.
    une proposition allemande exigeant que la Grèce cède sa souveraineté en matière fiscale et de dépenses à un « commissaire du budget »

    Ben voyons !!!

    * 1° question :
    Est-ce qu’il y a des hommes à la tête de la Toïka ?
    Quel est celui qui en Allemagne a osé rédiger une telle proposition ?
    J’entends par homme, un humaniste, un homme qui sait ce qu’est l’honneur la dignité le respect de son semblable : l’autre, celui qui ou bien n’a pas eu la chance de naître dans le même milieu social, celui qui n’a pas eu la capacité de faire un métier qui perdure dans le temps malgré la crise, celui enfin qui n’a jamais voulu baisser sa culotte c’est à dire accepter magouilles tricheries morales en tout genre
    enfin celui qui veut être libre et pas mis en esclavage par des voyous.

    * 2° question :
    De quel droit d’ingérence léonine ces mêmes hommes décident de s’approprier un pays et de mettre à mort sa population ???
    Le génocide de la Grèce est décidé,les modalités sont en marche !!!

    Nozélites européennes viennent de montrer leur visage de dictateurs.
    Dieu merci la Russie agit dans le bon sens.

    Répondre à ce message

  • gdfontaines • 03/02/2012 - 11:02

    On connaissait " Alibaba et les 40 voleurs " (Mitterand et sa clique), " Le clan des siciliens " (Sarkosi et sa clique) et grâce à leur magnifique boulot d’incapable .. voila le retour du "IIIème Reich" La Troïka et sa clique .. car que dire de ceux qui s’inoculent le SIDA en Grèce pour pouvoir toucher une des dernières allocations (600€) qui reste acquise et versée ? Une élimination de masse .. programmée !
    http://www.marianne2.fr/Grece-quand-le-sida-devient-une-planche-de-survie_a212795.html

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide