Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

US : Capitulation des démocrates sur la nomination de Mukasey

La rédaction
visites
744

Le 11 novembre 2007 (LPAC) — D’une façon encore moins gracieuse que la nomination à la Cour Suprême d’un membre de la Federalist Society Samuel Alito, véritable cadeau à l’administration Cheney-Bush, les sénateurs démocrates Charles Schumer et Dianne Feinstein ont rallié leurs collègues républicains du comité des affaires judiciaires du Sénat en formulant des recommandations favorables à la nomination de Michael Mukasey comme Attorney General (Ministre de la Justice des Etats-Unis). Tous les autres membres démocrates ont voté contre. Ces sénateurs, de pair avec le sénateur républicain Arlen Specter -parfois plus sensé que ses collègues-ont ignoré le fait évident que Mukasey s’est complètement disqualifié en refusant de reconnaître que le « supplice à la baignoire » [waterboarding], supposé simuler une noyade pendant des interrogatoires de prisonniers, soit un acte de torture et un crime devant la loi américaine. Au lieu de cela, les sénateurs ont accepté les explications évasives du candidat qui s’affirmait déterminé à considérer ce genre d’acte comme illégal si le Congrès votait une loi dans ce sens (sachant pertinemment bien que Bush y mettrait son veto). Le sénat a donc fini par confirmer la nomination de Mukasey dans la soirée du 8 novembre avec un vote de 53 contre 40.

Pourtant, précédant le vote, les sénateurs furent interpellés par un certain nombre d’anciens hauts gradés à la retraite ainsi que par d’anciens responsables des services secrets et diplomatiques qui affirmaient que tout refus de qualifier le waterboarding comme un acte de torture « représente aussi bien un affront pour notre système de droit que pour les valeurs de notre nation. »

Le « supplice à la baignoire », une forme de torture qui date de l’époque de l’Inquisition espagnole, a été considéré par la loi américaine comme un crime de guerre depuis plus de cent ans. L’action du sénat -sans parler de celle du gouvernement-n’est pas fondée sur l’ignorance, mais sur la perversion pure et simple.

Contactez-nous !