www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Nucléaire

Etats-Unis : poussée institutionnelle en faveur d’un programme Apollo sur la fusion

1065 visites
JPEG - 437.6 ko

L’American Security Project (ASP), un groupe de réflexion créé en 2006 pour s’opposer à la politique belliqueuse des Etats-Unis suite aux attentats du 11 septembre 2001, a publié en mars de cette année un rapport intitulé « Fusion power : a 10 Year Plan to Energy Security » (La fusion nucléaire, un plan de dix ans vers la sécurité énergétique), pour promouvoir l’adoption d’un programme à marche forcée dans la fusion nucléaire.

L’institution, dirigée par l’ancien sénateur démocrate Gary Hart, consultant dans le domaine de la sécurité nationale, appelle ainsi, à l’image du projet Apollo du président Kennedy pour mettre un homme sur la Lune en une seule décennie, à l’adoption d’un programme pour construire un réacteur de fusion nucléaire commercial d’ici 10 ans.

Hart et son collègue Norman Augustine, ancien PDG du géant aérospatial Lockheed Martin, ont publié le 2 avril 2013 un article dans le magazine Forbes [1] résumant le contenu du rapport de la manière suivante :

L’American Security Project, un groupe de réflexion non partisan sur la sécurité nationale, au conseil duquel nous siégeons, a publié un nouveau rapport (…) détaillant comment les Etats-Unis peuvent accélérer le développement de la fusion. Le programme Apollo de la génération actuelle devrait être la recherche et le développement innovants dans la fusion. Il nous faut une volonté nationale pour développer l’énergie de fusion. Ceci impliquerait de consacrer 30 milliards de dollars pour les dix prochaines années dans le but de démontrer la faisabilité de la fusion comme source d’énergie. Ceci ouvrira la voie à la production à des fins commerciales d’une énergie capable d’assurer la prospérité des Etats-Unis pour plusieurs siècles.

Nous pouvons commencer dès maintenant. Si nous sommes sérieux à propos du développement de la fusion, le président doit nommer un Commissaire à la fusion disposant de l’autorité nécessaire pour coordonner et canaliser la recherche, le développement et la mise en service de la fusion comme source d’énergie, en introduisant en particulier de nouveaux domaines de recherche et de développement au sein de nos laboratoires nationaux. Nous savons que tout programme gouvernemental est composé d’entités se chevauchant et d’autorités budgétaires différentes. Un commissaire à la fusion pourrait éliminer les doublons et éviter les délais bureaucratiques.

Le rapport en tant que tel insiste sur le caractère impératif, pour la sécurité nationale des Etats-Unis, de la nécessité de démontrer la faisabilité de la fusion comme source d’énergie commerciale, afin de préparer la construction d’un réacteur à part entière pouvant relancer la prospérité du pays. La fusion nucléaire, rappelle le rapport, est une source d’énergie sûre, « qui ne dépend pas de l’entretien d’une réaction en chaîne » ; « pratiquement illimitée », le deutérium se trouvant en grandes quantités dans les océans et le tritium pouvant être fabriqué à partir du lithium lui aussi abondant ; et n’engendre que de l’hélium et des neutrons rapides comme sous-produits de la réaction, et par conséquent « aucun des déchets radioactifs de longue durée produits dans les réacteurs à fission conventionnels ».

Le rapport décrit ensuite les progrès exponentiels accomplis au cours des années 1980 et 1990 dans la recherche en termes d’énergie produite, jusqu’à ce qu’ils soient bridés par les nombreuses coupes budgétaires. Cette progression était, au cours de cette période, plus rapide que celle de la capacité-mémoire des microprocesseurs informatiques.

Le rapport recense les principales voies de recherche et programmes en cours aux Etats-Unis et dans divers pays, soulignant le retard pris par les Etats-Unis dans le domaine du confinement magnétique. Plusieurs pays ont construit (la Chine et la Corée du Sud) ou sont en train de construire (Japon et Allemagne) des machines (tokamaks et stellarators) faisant appel à la supraconductivité, sans parler bien entendu d’ITER, auquel participent les Etats-Unis, en voie de construction à Cadarache en France. Pour la fusion par confinement inertiel (fusion-laser), le pays dispose certes de l’installation la plus performante (la National Ignition Facility du Laboratoire national Lawrence Livermore), mais les coupes budgétaires des deux dernières années ont considérablement nui à la poursuite des travaux.

Des programmes faisant appel à des technologies hybrides (combinaisons de confinement magnétique et inertiel) sont actuellement en cours un peu partout dans le monde, tant dans les domaines privés que publiques. Si le rapport ne cite ici que les programmes américains (dont la machine à striction axiale MagLIF du Laboratoire national de Sandia, également connue sous le nom de Z-Machine), il ne mentionne pas le projet en cours de la start-up canadienne GeneralFusion, consistant à construire un prototype, d’ici une dizaine d’année, de réacteur à fusion à cible magnétisée acoustiquement assistée (Magnetic Fusion Target).

Quoi qu’il en soit, le rapport insiste sur le fait qu’il est trop tôt pour choisir quel type d’approche est la plus prometteuse, et qu’il faut par conséquent poursuivre « des voies multiples et parallèles » afin d’accroître les probabilités de succès.


[1Intitulé « un Défi pour les Etats-Unis : développons la fusion d’ici une décennie » (Challenge to America : Develop Fusion Power Within the Decade).

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Non à la COP21, le sommet de la dépopulation !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet