Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Un ancien ministre québécois évoque le risque de conflit mondial

La rédaction
visites
2912

2 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Dans une tribune publiée sur le site d’information québécois vigile.net, l’ancien député et ministre Richard Le Hir se montre inquiet de la tournure que prend la crise et pose la question : « Et si l’issue devait être la Troisième Guerre mondiale ? ». Si toutefois il ne présente aucun remède, il a au moins le mérite de ne pas faire l’autruche. Extraits.

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais certains mots impensables il y a encore dix ans se sont mis soudainement à apparaître de plus en plus fréquemment. Des mots qu’on croyait avoir été relégués dans les greniers de l’histoire. Tout a commencé avec la guerre en Irak, puis la guerre en Afghanistan, l’intervention de la Russie en Géorgie en 2008, cette année l’intervention des forces de l’OTAN en Libye (...)

Ces derniers mois, la cadence s’est accélérée. Ce fut d’abord un ministre polonais qui évoqua la perspective d’une autre guerre en Europe dans le contexte de la crise du surendettement des pays membres de l’Union européenne, et le Premier ministre français François Fillon déclarait il y a environ trois semaines que « l’absence d’accord pour sauver l’euro pourrait conduire à des risques de guerre ». (...)

Ces propos alarmistes ont trouvé écho dans les milieux financiers, comme l’illustrent les propos de certains analystes français chevronnés tels que Françoise Garteiser ou encore Olivier Delamarche. Notez bien ce qu’il dit :

« Comment se finissent toutes ces crises ? Toujours mal… On espère régler un problème de dette avec de la dette… À un moment, il faut aller voir les créanciers et les regarder droit dans les yeux en leur disant : « Je ne vous rembourse pas »… Il n’y a plus de retour en arrière possible… Ça peut aller jusqu´à une guerre : en histoire, ça s’est toujours soldé comme ça. »

Ensuite, il passe en revue les derniers développements stratégiques dans l’escalade militaire entre les Etats-Unis d’un côté et la Russie et la Chine de l’autre (Bouclier antimissile, Syrie, Pakistan, Iran), et évoque « le risque d’une Troisième Guerre mondiale ».

Contactez-nous !