Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Actualité

Un chroniqueur anglais stigmatise le « glass-steagalisme »

La rédaction
visites
647
commentaires

12 juillet 2012 (Nouvelle Solidarité) – Suite à la multiplication des déclarations en faveur d’un nouveau Glass-Steagall Act par une faction des élites britanniques, incluant dans le Financial Times de Londres, un rédacteur de ce quotidien s’est en toute vraisemblance vu confier par la City la tâche de rédiger une attaque contre ce qu’elle a décidé d’appeler le « glass-steagallisme », une reconnaissance implicite de l’étendue qu’a prise le débat dans ce pays.

Les arguments qu’avance Jonathan Guthrie en défense de la « banque universelle » sont cependant bien timides. Guthrie prétend que le choc découlant d’une réforme de type Glass-Steagall pourrait menacer l’offre de crédit à l’économie, qu’il reconnaît être déjà faible.

« Les politiques ont besoin de mieux connaître l’impact de la manipulation du LIBOR avant de séparer les banques d’investissement des banques commerciales et de détail, comme le proposent actuellement plusieurs commentateurs », écrit-il dans une colonne intitulée « le glass-steagallisme et l’impact de la manipulation des taux ».

« Certes, le gouvernement britannique paraît se tromper en laissant échoir certaines transactions sur produits dérivés à l’intérieur de la clôture qu’il met en place autour des activités des banques de détail destinées aux individus et entreprises du Royaume-Uni. Mais les politiques doivent mesurer en gardant la tête froide l’impact qu’un tel choc aurait sur les banques, étant donnée la faiblesse de l’offre de crédit pour les entreprises et les consommateurs. L’émotion entourant la Barclays nourrit une extrapolation du particulier vers le général. Les dangers que cela pose sont évidents. »

Voir les 3 commentaires

  • Nemrod • 15/07/2012 - 20:18

    pffff ! je ferais mieux d’ouvrir un bouquin sur le droit immobilier plutôt que de perdre mon temps là.
    On ne fait rien,on ne dit rien....justement faut rester dans le droit ....le droit de crever sans rien dire.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 13/07/2012 - 01:25

    le « glass-steagallisme  »
    ..........pas très gaulliste ça !!!!!

    Répondre à ce message

  • terrabella • 13/07/2012 - 08:36

    qu’on les pendent haut et court

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide