Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Un conseiller d’Obama exige un droit de vie ou de mort

La rédaction

1er août 2009 (Nouvelle Solidarité)—Le principal conseiller d’Obama pour les questions de santé, Ezekiel Emanuel, est un adepte radical, depuis longue date, du droit à écourter la vie des personnes âgées, invoquant comme prétexte les coûts prétendument exorbitants pour la collectivité des soins accordés à ces patients en fin de vie.

Comme nous l’avons souligné à maintes reprises sur ce site, c’est l’adhésion d’Emanuel aux critères comptables dans le domaine de la santé, qui le conduit aujourd’hui à promouvoir les mêmes politiques que les nazis ont pratiquées contre les juifs, et contre ceux qu’ils considéraient comme les « bouches inutiles » : les personnes âgées, les grands malades et les handicapés.

Mais Emanuel va plus loin. Dans un article publié le 31 janvier 2009 dans le journal médical anglais, The Lancet, intitulé « Les critères définissant l’attribution des traitements médicaux devenus rares », il explique la philosophie de son système de remboursements de soins qu’il a baptisé du nom : « Système de vies complètes » (Complete lives system). Cet article est paru moins de deux mois avant que le président Obama ne charge Emanuel de sa réforme de santé, au sein du Conseil fédéral des recherches en coûts comparatifs. Emanuel travaille aussi avec Peter Orszag, directeur du Budget à la Maison Blanche.

Emanuel y explique les principes qui guideront les choix entre ceux qui pourront continuer à vivre et ceux qui devront mourir : « Lorsqu’il est appliqué, le ‘Système des vies complètes’ engendre une courbe dans laquelle les individus âgés de 15 à 40 ans ont les plus grandes chances, alors que les plus jeunes et les plus âgés, voient leurs chances diminuées. » Ceci peut être justifié par l’opinion publique car « un large consensus favorise les adolescents sur les jeunes enfants, et les jeunes adultes par rapport aux personnes très âgées ».

« Une attribution stricte en faveur des plus jeunes, orienterait les ressources rares principalement vers les enfants. Cette approche ne semble pas correcte. La mort d’une femme de 20 ans est intuitivement pire que celle d’une petite fille de 2 mois, même si le bébé a vécu moins longtemps. La personnalité de la femme de 20 ans est beaucoup plus développée que celle de l’enfant ; elle a bénéficié de l’investissement des autres pour entamer des projets qui n’ont pas encore abouti. (…) Les adolescents ont reçu une éducation et des soins parentaux substantiels, des investissements qui seraient gâchés sans une vie complète. Par contraste, les enfants n’ont pas encore bénéficié de tels investissements. (…) Lorsqu’un très jeune enfant meurt, c’est terrible ; mais la plupart des gens pensent que lorsqu’il s’agit d’un enfant de trois ans, c’est pire, et pire encore, lorsqu’il s’agit d’un adolescent. »

Vers la fin de son article, Emanuel aborde le fond des choses, en répondant à des critiques formulées contre ce système par John Grimley Evans dans le British Medical Journal du 15 mars 1997, où Evans évoque déjà le caractère fasciste de telles politiques. Evans écrivait : « Des sondages en Grande Bretagne montrent que les vieilles personnes sont perçues très largement comme ayant une valeur sociale moindre que les jeunes. (…) Certains chercheurs suggèrent que les opinions révélées par ces sondages devraient être considérées comme une base valable pour rationner les services de santé. (…) Nous ne devrions pas créer, sur la base de l’âge ou d’aucune autre caractéristique, dont les individus n’ont aucun contrôle, des classes de « sous-hommes » [Untermenschen], dont les vies et le bien-être, ne méritent pas la peine qu’on y dépense trop d’argent ».

Faisant semblant de ne pas comprendre l’argument de Evans, Ezekiel Emanuel, principal conseiller du Président Obama en matière de politique de santé, a répondu “qu’en dernière analyse, le “système des vies complètes” ne crée pas des ‘classes des ‘sous-hommes’ dont il est estimé que les vies et le bien-être ne méritent pas qu’on y dépense de l’argent’ ; simplement, il nous donne pouvoir pour décider, de façon juste, qui nous sauverons lorsque une pénurie rend le sauvetage de tout le monde impossible ».

Dans un article consacré à la grippe aviaire paru dans le magazine Science du 12 mai 2006, sous le titre : « Qui devrait avoir un vaccin contre la grippe lorsque tout le monde ne peut pas en avoir ? », Emanuel défendait l’idée que laisser mourir les personnes âgées était une « alternative éthique » ! Il s’exprimait en tant que directeur de l’Institut National de la Santé (Département de Bioéthique).

Appelant ce système « Principe raffiné d’allocations de cycle de vie », Emanuel argumente que des personnes âgées de 13 à 40 ans, doivent être prioritaires parce que leur vie a une valeur plus grande ; les plus âgés ont déjà passé leur tour et les très jeunes n’ont pas encore fait l’objet de beaucoup d’investissements.

A lire :


Suivre : La révolution citoyenne qui nous arrive des Etats-Unis


Voir les 5 commentaires

  • parousnik • 03/08/2009 - 12:59

    Les EU se sont batis sur les cadavres du plus grands génocide de l’histoire humaine...et visiblement il n’y a aucune raison avec de telles racines pour que le génocide cesse... Les événements du 11 septembre 2001 commandités par la ploutocratie yankee et planifiée par l’administration Bush en assassinant plusieurs milliers de leurs citoyens nous a tous averti de l’avenir qui paraît aujourd’hui...sous cette dominance démoniaque et criminelle...mais a quoi pouvions nous nous attendre d’autres au fond ? Le film Le Soleil vert...New York, en l’an 2022. Pollution et surpopulation : 41 millions d’habitants mènent une existence misérable. Un brouillard empoisonné recouvre la surface du globe, d’où la végétation à pratiquement disparue. La nourriture véritable atteint des prix si élevés que seule une minorité de privilégiés peut se l’offrir ; les autres doivent se contenter d’aliments synthétiques, rationnés par le Gouvernement et fabriqués par la ’Soylent Company’, qui nourrit ainsi la moitié du monde à l’aide de tablettes dérivées du plancton, baptisées selon les jours « Soylent Yellow » (jaune), « Red » (rouge) ou « Green » (vert) mais qui sont en réalité composés d’êtres humains recyclés.

    Répondre à ce message

  • nico • 03/08/2009 - 08:48

    On peut encore dériver en disant qu’a l’intérieur de la classe d’age de 13 a 40 ans, certaines personnes ont plus de valeur que d’autre.
    On voit rapidement qu’avec ce genre de logique on va pouvoir aller encore plus loin dans la bêtise ! Hitler sort de ce corps !!!

    Et ce mec est responsable du département de bioéthique de l’institut national de la santé ???
    On a du soucis à ce faire pour l’éthique aux états-unis !

    Répondre à ce message

  • dra • 01/08/2009 - 10:35

    "la vie des personnes agées de 13 à 40 ans ont plus d’importance que ...." dit Ezekiel Emanuel.

    Sur la photo, il ne me paraît pas être dans cette tranche d’âge ! Alors est-ce que ce qu’il dit est réellement pertinent ?

    Vu son intelligence et ses fonctions, il se doit de montrer l’exemple et il agira sans aucun doute en conséquence, au sein de sa famille, dans son entourage amical et dans son cercle professionnel.
    Il est conseiller d’Obama qui a quel âge aujourd’hui ?

    • Alban • 03/08/2009 - 01:14

      Ezekiel Emanuel comme les puissants aux USA ou dans le monde auront toujours leurs millions de dollars ou leur or pour se faire soigner " librement " dans n’importe quelle clinique privée.

      J’ai toujours pensé que le fascisme était au monde la chose la mieux partagée et que n’importe quel mouvement politique ou religieux pouvait y plonger dedans, selon tel ou tel phénomène historique particulier.

      Je critique souvent vos vues sur certains points mais je fais aussi connaître votre site afin que les gens jugent par eux-même. Je suis loin d’être d’accord avec tout ce que vous dites sur le site mais il me semble que le combat que vous menez sur le front de la Réforme de la Santé aux USA est juste et que visiblement vous êtes le seul à le mener.

      Pour cela je vous tire mon chapeau !

      Vous avez ô combien raison, cette vision purement comptable de l’être humain que d’aucun qualifierait de néolibérale, une sorte de perversion du libéralisme philosophique, est tout à fait d’inspiration et de nature fasciste. L’expression n’est pas galvaudée.

      Le pire dans cette Histoire, c’est qu’ Obama se fait passer pour le héraut des pauvres, des faibles et autres infortunés, alors qu’il n’est que la version colorée des puissances oligarchiques qui le tienne par le col et l’agite avant de le jeter une fois sa mission achevée et la pilule administrée au peuple Américain.

    • Alban • 03/08/2009 - 01:20

      Les Citoyens américains ont trop longtemps dormi sur leurs lauriers, et un certain 11 septembre 2001, l’ Histoire les a sorti de leur torpeur.
      Peu intéressés à la politique, la politique maintenant vient se pencher au dessus de leur chevet et demain décidera de ceux qui ont droit de vivre et de ceux qui auront tout loisir de mourir " libres ". Une liberté comptable de marché, voilà ce que le fameux rêve américain est devenu.
      Le tragique dans l’ Histoire, c’est que le peuple américain ne s’administre pas lui -même et qu’il a laissé toute son organisation politique aux mains des assurances privées, trust divers et à l’ oligarchie qui décide " au nom du peuple américain " alors que toutes ces entités ne défendent que leur propres intérêts financiers. Ezekiel Emanuel est bien un idéologue fasciste et la réclamation de donner le droit de vie et de mort est un rêve fasciste. Basé sur des valeurs comptables, idéologie dominante du moment sur toute la terre ( quand on sait les milliards engouffrés dans l’industrie militaire américaine, on sourit ) M. Emanuel me fait l’effet d’un médecin nazi qui trouvera mille justifications à ses crimes ; qu’ils soient perpétrés au nom de la race, de la dette publique ou de la science. Il est étonnant que M. Obama soit devenu ce mauvais rêve en 6 mois de présidence américaine. Lorsque le peuple américain se réveillera , une fois pris entre le marteau des
      "républicains" et l’enclume "démocrate" et se retrouvera broyé, qu’adviendra t-il ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard