Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Un député brésilien appelle à la rupture avec le FMI et à l’arrêt de la guerre en Irak

La rédaction
visites
694

Dans son premier discours depuis son élection à la Chambre des députés du Brésil, le Dr Eneas Carneiro a appelé le Président de la République à prendre la seule mesure qui puisse permettre au Brésil de changer le cours actuel de l’histoire : rompre avec le FMI et s’allier avec la Chine, la Russie, l’Inde, la France et l’Allemagne, pour établir un nouveau système économique - seul moyen efficace d’arrêter la guerre en Irak. Nous reproduisons ci-dessous des extraits de son discours.

« (...) En vérité, les raisons qui ont amené les Etats-Unis à se lancer dans l’invasion armée d’un pays libre et souverain, au moins en théorie, ont peu à voir avec un souci pour le destin de l’humanité, à savoir l’élimination de foyers possibles de terrorisme. Elles reflètent encore moins le respect de conditions de liberté et de démocratie pour le peuple irakien . »

Passant en revue les évolutions financières et monétaires depuis le découplage du dollar par rapport à l’or en 1971, Carneiro décrivit la folie de la spéculation : « De fabuleuses fortunes de l’ordre de 1000 à 2000 milliards de dollars circulent quotidiennement d’un endroit à l’autre de la planète, au moyen de transferts informatisés. De cela, à peine 2 à 3% correspondent à des transactions commerciales. Le reste n’est que pure spéculation, sans aucune correspondance avec le monde physique, comme l’a fait remarquer le célèbre économiste et penseur américain, M. LaRouche, dans l’hebdomadaire Executive Intelligence Review, publication dans laquelle il étudie la crise du système financier international et explique que celui-ci se dirige vers l’abîme. Faute de l’arrêter, elle entraînera certainement l’humanité vers un nouvel âge des ténèbres. (...)

« Au moment où la majorité des Etats civilisés du monde se dit opposée à l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis, il ne suffit pas pour nous au Brésil, puissance continentale, de dire que nous ne sommes pas d’accord avec l’invasion. Il ne suffit pas d’agiter des mouchoirs et de manifester pour la paix. Etant donné que nous ne possédons pas un minimum de potentiel militaire, à cause de la détérioration programmée que nos forces armées ont dû subir, (...) il n’y a qu’une manière de s’opposer à ce véritable génocide (...). Et c’est par une rupture définitive avec le modèle putride qui nous est imposé par le système financier international, dont le FMI, la Banque mondiale, la Banque de développement inter-américaine, l’Organisation mondiale du commerce, etc., sont les tentacules . »

S’adressant au président brésilien, et soutenu par le mandat de 1 570 000 électeurs, le Dr Eneas déclara : « Votre Excellence a dans les mains une opportunité sans égale dans l’histoire du Brésil. Saisissez cette opportunité historique qui nous est offerte par les propriétaires du monde eux-mêmes. Dites Assez à ce modèle nauséabond et infecté qui suce la substance de la nation. Ordonnez que, par une rupture unilatérale, plus aucun versement des intérêts ne soit fait sur la dette publique, qui a atteint 114 milliards de reals en 2002. (...)

« Une suspension des paiements de la dette publique, on peut le prévoir, nous vaudra certaines difficultés dans divers domaines du commerce extérieur. (...) [Mais] nous attirerions tout de suite l’attention de la France et de l’Allemagne, qui ont expressément déclaré leur rejet de l’action anti-américaine en Irak. (...) Et la Chine, ainsi que la Russie et l’Inde - avec d’autres pays - pourraient être d’excellents partenaires, s’il devait y avoir des représailles de la part de l’empire américain. (...) En outre, nos frères d’Amérique latine et d’Asie seront prêts, sans aucun doute, à établir des partenariats avec nous, destinés également à les libérer de la pieuvre qui les saigne.

« Bien entendu, les mesures de cette sorte impliquent une décision énergique, ferme, qu’on peut traduire en un seul mot : Courage. (...) Lancez le cri de l’indépendance économique, presque 181 ans après l’indépendance politique. Faites un pas en avant. N’ayez pas peur. (...) »

Contactez-nous !