Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Un dirigeant d’HSBC veut un nouveau Weimar

La rédaction
visites
2679

26 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) - Face à la « pénurie d’argent », Stephen King, économiste en chef de la Hong-Kong and Shangaï Corporation Bank (HSBC), la vieille banque de l’impérialisme britannique, a appelé, dans sa chronique du London Independent de mardi, à « faire marcher la planche à billets ».

« La crise financière mue (…) elle devient rapidement une crise de liquidation (…) nous allons vers une déflation mondiale (…) le volume total des prêts diminue inévitablement (…) les entreprises, les ménages et les investisseurs craignent une pénurie de cash. Lorsqu’ils en ont, ils s’y accrochent. Pour en lever, ils vendent leurs actifs ayant une valeur d’échange. La panique prend le dessus. »

En réalité, il n’y a pas assez d’argent dans le monde pour couvrir les gains fictifs réalisés sur les marchés des dérivés, bulle estimée à plusieurs millions de milliards de dollars. Face à cela, la seule solution sensée est de fermer ces marchés spéculatifs et d’annuler la dette qu’ils représentent. Mais King, en bon parasite, appelle les banques centrales à pisser de l’argent autant que nécessaire pour couvrir ces actifs spéculatifs.

« Il faut faire marcher la planche à billets car dans notre monde nouvellement déflationniste, le problème est la pénurie d’argent ». Cette politique pourrait provoquer « une hyperinflation similaire à l’Allemagne de Weimar dans les années 20 et aujourd’hui au Zimbabwe », explique t-il, mais « nous sommes dans une période exceptionnelle ». Et « pour rendre cette politique crédible, elle ne sera pas l’initiative des ministres des Finances mais des banquiers centraux du monde ».

King nous montre ainsi le vrai visage du fascisme financier qui se cache derrière le paravent de « l’industrie de la finance » : dévaluer la monnaie des nations pour sauver le pouvoir de ces intérêts financiers et laisser mourir les gens ; comme dans l’Allemagne des années 20 et 30.

Approndondir : la vidéo 1923

Contactez-nous !